•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le legs de Lac-Mégantic à la planète, lors d'une catastrophe

Une personne à mobilité réduite contemple le lac sur son fauteuil motorisé pendant que trois autres discutent au bord de l'eau.

Depuis la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic, la population a fait preuve de résilience pour retrouver un semblant de vie normale.

Photo : Radio-Canada

Marie-Claude Lyonnais

Lorsque la tragédie ferroviaire est survenue, en 2013, à Lac-Mégantic, l'équipe de santé publique s'est retrouvée démunie face à la détresse de la population. Une forte proportion de Méganticois souffraient de symptômes de stress post-traumatique, mais il n'existait pas de lignes directrices pour savoir comment les soutenir. Depuis, des études et des consultations ont été menées auprès de la population, des constats ont été tirés, des leçons ont été apprises. Aujourd'hui, ce qu'a vécu Lac-Mégantic vient en aide à des collectivités partout sur la planète, lorsqu'ils vivent une situation de crise.

La Dre Mélissa Généreux, professeure à la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke, se rappelle qu'à l'époque, alors qu'elle était directrice de la santé publique de l'Estrie, elle faisait face à une page blanche pour créer quelque chose qui viendrait en aide à la population, comme un plan de convalescence.

En 2016, on a réussi à obtenir les fonds pour mettre sur pied une équipe qu'on appelle maintenant l'équipe de proximité de Lac-Mégantic [...] Mais on n'avait pas de coffre à outils, de guide ou d'exemples pratiques. C'est vraiment venu de fil en aiguille, de manière instinctive. On a été beaucoup à l'écoute de ce que les gens disaient, les partenaires, explique-t-elle.

Au bout du compte, on s'est dit : "Pourquoi ne pas garder des traces de ça, sous forme de boîte à outils pour qu'éventuellement ça soit utile à d'autres communautés affectées par une catastrophe?"

Une citation de :La Dre Mélissa Généreux, professeure à la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke

Les connaissances voyagent ailleurs au pays et dans le monde

La première bénéficiaire de ces apprentissages : la population de Fort McMurray, en 2016, alors que les feux font des ravages en Alberta.

Au même moment, on formalisait l'existence de l'équipe de proximité [à Lac-Mégantic], se souvient la Dre Généreux. Déjà, cette prise de conscience collective qu'une telle catastrophe peut engendrer des impacts sur le long terme, sur une grande partie de la communauté, l'approche de mobilisation communautaire, déjà, ça, on trouvait important de le partager.

La première étape a été d'aller au centre de gestion des mesures d'urgence dans les deux premières semaines pour leur dire de ne pas oublier de gérer l'urgence long terme. Vous devez dès maintenant travailler main dans la main avec la communauté.

Une citation de :La Dre Mélissa Généreux, professeure à la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke
Les pancartes placées pour le retour des résidents en juin 2016 ornent toujours Fort McMurray un an après l'évacuation.

Les pancartes placées pour le retour des résidents en juin 2016 ornaient toujours Fort McMurray un an après l'évacuation.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Pelletier

Au Québec, des inondations frappent en 2017 et en 2019, et encore une fois l'équipe de la Dre Généreux intervient à la base, pour sensibiliser les communautés sur le fait qu'une catastrophe est très prenante à court terme, mais que cela a des impacts sur le long terme.

Au fil des années, la Dre Généreux a aussi partagé les apprentissages de Lac-Mégantic avec la Martinique, à la suite d'ouragans, et avec l'Angleterre, après les attentats du pont de Londres et l'incendie de la tour Grenfell.

C'est quand même intéressant de voir que les autorités sanitaires de Londres voulaient avoir notre background, notre vécu, notre expérience, souligne-t-elle.

La tour Grenfell incendiée.

Les Anglais ont approché la Dre Généreux pour en apprendre davantage sur la gestion de crise auprès des communautés, après l'incendie de la tour Grenfell (archives).

Photo : EPA / Facundo Arrizabalaga

Une boîte à outils toute désignée pour une pandémie

Selon la Dre Généreux, la boîte à outils a réellement connu son envol avec la pandémie de COVID-19. C'est tout le Québec, et plus largement au Canada et ailleurs dans le monde, qu'on s'est mis à s'intéresser encore plus près à ce qu'a vécu Lac-Mégantic, et comment on l'a documenté.

Entre autres, des études pour connaître l'état de santé mentale des populations ont été rapidement mises en place, ce qui a permis d'obtenir des résultats beaucoup plus tôt dans la crise. Québec a directement approché la Dre Généreux et son équipe pour savoir ce qu'il fallait tirer de ces études, et ce qu'il fallait faire pour aider les Québécois. On leur a trouvé une solution à 20 millions $ [...] Et finalement, Québec l'a retenue.

La Dre Généreux en entrevue.

La Dre Mélissa Généreux, chercheuse à la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke

Photo : Radio-Canada

C'est donc un réseau d'éclaireurs qui se déploie partout au Québec, soit 130 travailleurs sociaux et intervenants communautaires pour veiller au grain. Un modèle directement inspiré de Lac-Mégantic, qui, espère la Dre Généreux, continuera à faire des petits. Voyons la post-pandémie comme une opportunité de mettre sur pied une structure qui va aborder la résilience de la communauté à long terme, de manière à ce qu'on soit outillé avant même qu'une autre pandémie ou une autre catastrophe survienne.

D'ailleurs, la Dre Généreux soutient que la communauté de Lac-Mégantic était mieux outillée pendant la pandémie, parce qu'elle avait déjà les réflexes pour se mobiliser et se protéger, en temps de crise.

Ce rêve-là que chaque communauté ait sa propre équipe de proximité, je poursuivais cet objectif-là avant même que la pandémie ait lieu. Parce qu'il n'y a pas que la pandémie. Il y a les changements climatiques, il y a plusieurs événements extrêmes. On a juste à penser à la mégavague de chaleur cette semaine, suivie des feux de forêt.

Une citation de :La Dre Mélissa Généreux, professeure à la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke

La France et le Royaume-Uni continuent par ailleurs à lorgner de ce côté-ci de l'Atlantique, et à observer comment le Québec gère sa pandémie pour s'inspirer du modèle québécois. Lac-Mégantic n'a visiblement pas terminé d'en apprendre au reste de la planète.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !