•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Violence conjugale : il faut cesser de jouer à l’autruche, plaide un intervenant

Une femme se protège avec ses mains de crainte de recevoir un coup.

Une victime de violence conjugale

Photo : iStock

Radio-Canada

Alors que les cas de violence à l’égard des femmes se sont multipliés récemment, le directeur général du Centre de ressources pour les hommes Optimum en appelle à une mobilisation sociale pour freiner cette tendance inquiétante.

Sébastien Ouellet invite les gens de la région à ouvrir l'œil pour prévenir de possibles tragédies.

Il leur lance un message sans ambiguïté. Si un homme vous inquiète, c’est primordial de solliciter de l’aide [en son nom], martèle-t-il.

Il vaut mieux faire ça que de regretter de ne pas avoir agi dans la foulée d’un drame, ajoute-t-il.

Selon M. Ouellet, rares sont les hommes potentiellement violents qui iront chercher du soutien. Il précise que cette situation repose largement sur la valorisation dans la société d’un certain modèle de la masculinité qui rend les hommes peu enclins à demander de l’aide et qui les encourage à vouloir s’arranger par eux-mêmes.

Ils sont comme des chênes qui tiennent jusqu’à ce qu’ils cassent, illustre Sébastien Ouellet.

Or, à son avis, en période de vulnérabilité, il faut réussir à s’entourer de gens pour surmonter les épreuves. S’ils persistent à s’isoler, les hommes susceptibles de faire preuve de violence se retrouvent dans une spirale où ils deviennent de plus en plus obsédés par rapport à leurs difficultés, conclut M. Ouellet.

À consulter aussi :

Ces femmes qu'on tue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !