•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mary Simon sera la 30e gouverneure générale du Canada

Elle est la première Autochtone à représenter la monarchie britannique en 154 ans d'histoire.

Mary Simon s'adresse aux médias.

La nouvelle gouverneure générale désignée du Canada, Mary Simon

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Une défenseuse réputée des droits et de la culture des Inuit, Mary Simon, sera la 30e gouverneure générale du Canada, a annoncé mardi le premier ministre canadien Justin Trudeau.

Inuk originaire de Kangiqsualujjuaq, au Nunavik, celle dont le nom inuit est Ningiukudluk deviendra la première Autochtone à représenter la monarchie britannique depuis la création de la fédération canadienne il y a 154 ans.

Née d'une mère inuk et d'un père originaire du Sud, élevée selon un mode de vie très traditionnel, dans le respect du patrimoine inuit, selon ses propres dires, Mme Simon a une feuille de route bien remplie.

Journaliste à CBC dans les années 70, elle a par la suite occupé des postes de direction au sein de divers organismes voués à l'émancipation des communautés inuit et a joué plusieurs rôles plus politiques.

Elle a notamment participé aux négociations entourant le rapatriement de la Constitution canadienne, un processus qui a permis d'inscrire les droits ancestraux et issus de traités dans la loi fondamentale du pays.

Au tournant du siècle, elle a aussi été ambassadrice du Canada pour les affaires circumpolaires et est devenue la première Inuk à décrocher un poste d'ambassadrice, au Danemark.

Disant être honorée par sa nomination, qu'elle a qualifiée d'occasion historique, Mme Simon a affirmé, dans un discours en anglais et en inuktitut, être prête à devenir la première Autochtone à représenter la reine au pays.

Je peux dire en toute confiance que ma nomination est un moment historique, rempli d'inspiration, et une étape importante dans ce chemin très long de la réconciliation.

Une citation de :Mary Simon, gouverneure générale désignée du Canada

C'est un moment qui, j'ose espérer, pourra rassembler tous les Canadiens et les Canadiennes, parce que ma nomination est le reflet de nos progrès collectifs vers une société plus inclusive, plus juste et plus équitable.

La nomination de Mme Simon est annoncée au moment où l'enjeu de la réconciliation avec les peuples autochtones est d'une actualité brûlante, avec la découverte récente de centaines de tombes anonymes près d'anciens pensionnats visant à assimiler les enfants de ces nations.

Mary Simon et Justin Trudeau, debout, devant une rangée de drapeaux du Canada, dans une salle éclairée par des projecteurs.

Une nomination déjà approuvée

La nomination de Mme Simon a d'ores et déjà été approuvée par la reine Élisabeth II, cheffe d'État du Canada, a fait savoir Justin Trudeau.

La souveraine britannique a d'ailleurs souligné dans un communiqué qu'elle avait été ravie d'approuver cette nomination, en soulignant que Mme Simon devient sa 13e représentante au pays en 69 ans de règne.

Mme Simon demeure néanmoins gouverneure générale désignée tant que sa cérémonie d'installation, au cours de laquelle elle doit prêter serment, n'aura pas eu lieu. La date de cette cérémonie n'a pas été annoncée.

Le juge en chef de la Cour suprême du Canada, Richard Wagner, assure l’intérim à titre de gouverneur général depuis le 21 janvier.

Mme Simon a passé sa vie à travailler au nom de ceux qui l'entourent, a commenté le premier ministre, qui a annoncé la nomination depuis le Musée canadien de l'histoire.

Tout au long de sa carrière, que ce soit dans la protection de l'Arctique, comme défenseuse des droits et de la culture des Inuit ou comme animatrice de radio avec CBC, Mme Simon a fait preuve de service dévoué. Je sais que Mme Simon donnera vie à sa vision d'un Canada plus fort pour tous lorsqu'elle occupera cette haute fonction.

Une citation de :Justin Trudeau, premier ministre du Canada

M. Trudeau et Mme Simon ont tous deux dit ne pas avoir discuté de la possibilité du déclenchement des élections, attendues cet automne.

Mme Simon a reçu les félicitations du chef de l'opposition officielle, le conservateur Erin O'Toole, qui lui a souhaité bonne chance dans son nouveau rôle.

C’est un jour important à la fois pour notre pays dans son ensemble et pour les peuples autochtones en particulier. Le rôle de gouverneur général est important pour unifier notre pays et rassembler les Canadiens, a-t-il écrit sur Twitter.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, parti favorable à l'abolition du poste de gouverneur général, a été fidèle à lui-même en commentant la nomination de Mme Simon sur Twitter.

Ce n’est une fonction ni représentative, ni élue, ni légitime. J’espère que cette nomination facilitera l’admission par la Couronne et le Canada des sévices subis par les Autochtones, a-t-il fait valoir.

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a aussi souhaité la bienvenue à Mme Simon. Outre le caractère historique de sa nomination, il a souligné son parcours impressionnant, son expertise et ses années d’expérience en tant que militante.

Justin Trudeau et Mary Simon marchent côte à côte en portant un masque.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et la nouvelle gouverneure générale désignée, Mary Simon.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La nomination de Mme Simon a été accueillie avec fierté par plusieurs leaders de la communauté autochtone.

Une gouverneure générale qui ne parle pas français

Mme Simon parle l'inuktitut et l'anglais, mais pas le français, l'une des deux langues officielles du pays. En conférence de presse, elle s'est contentée de lire quelques mots de français.

Elle a expliqué qu'ayant fréquenté une école fédérale du Nord du Québec, elle a été privée de l'occasion d'apprendre la langue de Molière, mais s'est engagée fermement à le faire.

J’ai travaillé régulièrement dans la ville de Québec et il me semble, parce que nous avons des dossiers en commun à aborder, qu’on devrait mettre de côté la barrière linguistique, a commenté Mme Simon.

Mais ça ne veut pas dire que je ne vais pas m’engager. Je me suis engagée à apprendre le français et je suis prête à commencer n’importe quand après mon installation à Rideau Hall.

J'ai l’intention de travailler dans les deux langues officielles à titre de gouverneure générale du Canada. Et je pense que beaucoup de gens dans mon entourage vont m’aider à parler français.

Une citation de :Mary Simon, gouverneure générale désignée du Canada

Elle comprend tout à fait – parce qu’on a eu de longues conversations là-dessus – l'importance de pouvoir bien représenter tous les Canadiens et c'est pour ça qu'elle s'engage justement à prendre des leçons et à apprendre le français, a pour sa part déclaré le premier ministre Trudeau.

À Québec, le bureau de la ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Sonia LeBel, a salué la nomination d'une personne issue des premiers peuples au poste de gouverneure générale, tout en soulignant sa volonté d'apprendre rapidement le français comme elle s’est engagée à le faire.

Entrevue avec Ghislain Picard

Julie Payette salue sa successeure

Mme Simon succède à Julie Payette, qui a démissionné de son poste il y a plus de cinq mois, après qu'un examen externe cinglant eut révélé qu'il régnait un climat de travail toxique et empoisonné à Rideau Hall.

Il y était question d'épisodes de cris, de hurlements, de conduite agressive, de commentaires dégradants et d'humiliations publiques.

Passant cette situation sous silence, Mme Payette a aussi offert ses félicitations les plus sincères et enthousiastes à sa successeure.

J’ai eu la chance de rencontrer Mme Simon et je suis à sa disposition pendant sa transition dans ses nouvelles fonctions, a-t-elle indiqué sur Twitter.

En conférence de presse, Mme Simon a semblé faire allusion du bout des lèvres aux déboires de sa prédécesseure.

À titre de gouverneure générale, je m'engage pleinement et entièrement à maintenir les normes les plus élevées en matière de travail et d'éthique.

Une citation de :Mary Simon, gouverneure générale désignée du Canada

Jagmeet Singh a dit espérer que l'arrivée de Mme Simon à Rideau Hall marque le début d'une ère nouvelle pour toutes les personnes au service de la gouverneure générale.

Elles devraient pouvoir travailler en toute sécurité et dans le respect. Nous saluons le discours de Mme Simon qui laisse présager un nouveau climat de travail sain pour tous, a-t-il écrit sur Twitter.

La Commission de la capitale nationale (CCN) a déjà fait savoir qu'elle préparait Rideau Hall à l'arrivée de la nouvelle gouverneure générale en nettoyant, peignant et changeant les meubles.

Ces travaux ont coûté plus de 40 000 $.

Lorsque Julie Payette occupait les lieux, plus de 250 000 $ ont été dépensés pour des travaux d’envergure à Rideau Hall.

Avec la collaboration de Maud Cucchi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !