•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trafic de personnes : tous les conseils scolaires en Ontario devront avoir un plan

Un téléphone cellulaire sur le lit d'une jeune femme.

L'Ontario investit un peu plus de 2 millions de dollars dans les écoles pour la lutte contre l'exploitation sexuelle. (Archives)

Photo : Getty Images / sestovic

L'Ontario fait un pas de plus dans sa lutte contre le trafic de personnes en s'attaquant au problème dans les écoles. Dès l'année prochaine, tous les conseils scolaires devront avoir un plan de lutte contre l'exploitation sexuelle.

Dès janvier 2022, tous les conseils scolaires financés par l'Ontario devront adopter un plan et des protocoles pour lutter contre le trafic de personnes et protéger les élèves de leurs écoles.

Le gouvernement Ford dit vouloir agir tôt pour freiner le recrutement des victimes dès un jeune âge. L'âge moyen des personnes recrutées à des fins d'exploitation sexuelle en Ontario est de 13 ans, selon le gouvernement provincial.

L’Ontario est désormais la première province au Canada à exiger l’adoption d’une stratégie de lutte contre la traite sexuelle dans tous les conseils scolaires, pour chaque école financée par la province, et dans toutes les régions de la province, affirme le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce.

Il ajoute que la traite sexuelle est un crime odieux qui s’attaque aux enfants et aux personnes les plus vulnérables.

Plus de 70 % des victimes de la traite de personnes identifiées par la police ont moins de 25 ans.

Une citation de :Stratégie ontarienne de lutte contre la traite des personnes (2020-2025)

Cet investissement de 2,4 millions de dollars permettra notamment au personnel scolaire de suivre une formation pour mettre en œuvre ce plan de lutte contre l'exploitation sexuelle.

Les conseils scolaires devront adopter des mesures pour aider à protéger les élèves en les sensibilisant à la traite sexuelle, entre autres, afin de comprendre en quoi elle consiste et en soulignant l’urgence et la complexité de la lutte contre la traite sexuelle.

Les conseils scolaires disposeront également d'outils pour prévenir, repérer la traite sexuelle d'enfants et d'adolescents et intervenir. Ils collaboreront avec des organismes communautaires et policiers pour que toutes les écoles financées par la province puissent avoir des protocoles en place.

Ces mesures viseront notamment les élèves exposés à un risque de traite sexuelle ou qui en sont victimes, ou qui conditionnent ou recrutent d’autres élèves.

Une nouvelle bien accueillie

Contacté par courriel, le Conseil scolaire Viamonde dit actuellement prendre connaissance du nouveau cadre stratégique annoncé par le ministre de l’Éducation.

Nous travaillerons de concert avec nos partenaires communautaires et les bureaux de police régionaux afin d’établir les meilleurs protocoles visant à sensibiliser et protéger nos élèves contre ce crime devenu un fléau d’ampleur nationale, écrit la porte-parole de Viamonde, Julie Vanghelder.

Pour le directeur général de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), Pierre Léonard, c’est certainement un pas dans la bonne direction [...] mais la mise en œuvre et les dépenses associées à l’initiative relèvent des conseils scolaires.

Quant à l'Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques, les conseils scolaires qui la composent ont eu des discussions avec le ministère au cours des derniers mois sur cet enjeu important touchant la sécurité des élèves dans nos communautés, précise par courriel son directeur général, Yves Lévesque.

Le financement octroyé par la province permettra d'ailleurs l’élaboration de ressources en ligne pour les éducatrices et éducateurs et de ressources en salle de classe axées sur la prévention de l’exploitation sexuelle des enfants et des jeunes.

L’AFOCSC salue cette nouvelle, tout en rappelant qu'il faudra que les solutions tiennent compte de l’impact de ce problème et de la création de solutions personnalisées pour les communautés francophones.

L’investissement de 2,4 millions de dollars qui est dédié à des ressources et du soutien pour la formation professionnelle au sein des conseils scolaires est le bienvenu, écrit Yves Lévesque. Il servira à solidifier certaines des actions déjà entreprises. Un investissement pour un plan à plus long terme sera sûrement nécessaire, poursuit-il.

Cette initiative s'inscrit dans la Stratégie ontarienne de lutte contre la traite des personnes (Nouvelle fenêtre) du gouvernement Ford.

Selon la province, environ deux tiers des cas de traite de personnes signalés à la police au pays se produisent en Ontario.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !