•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Dr Roumeliotis exhorte les moins de 30 ans à se faire vacciner

Un homme accorde une entrevue par visioconférence.

Le Dr Paul Roumeliotis est médecin hygiéniste du Bureau de santé de l'est de l'Ontario (archives).

Photo : Radio-Canada

Le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario, le Dr Paul Roumeliotis, s’inquiète du retard de couverture vaccinale contre la COVID-19 pour les personnes âgées de moins de 30 ans.

Je vous en prie, s’il vous plaît, si vous tombez dans cette catégorie d’âge, allez vous faire vacciner, a-t-il lancé en point de presse, lundi.

Tous groupes d’âge confondus, près de 80 % des résidents de l’est ontarien ont reçu leur 1re dose de vaccin. Or, chez les 12-17 ans, cette proportion n’est que de 52 %, et de 54 % chez les 18-29 ans.

Le Dr Roumeliotis a fait valoir que la vaccination est très accessible et que les cliniques temporaires continueront de se multiplier dans les prochains jours.

C’est facile. On a des cliniques sans rendez-vous. Pour les premières doses, vous pouvez vous présenter à n’importe laquelle, a-t-il dit.

Le médecin hygiéniste a en outre relevé que, pour les quelques décès attribuables à la COVID-19 qui surviennent encore dans la région, des personnes de moins de 40 ans sont de plus en plus touchées.

C’est pour ça qu’on aimerait augmenter le débit, a-t-il ajouté.

Malgré le retard qu'il reste à rattraper dans certains groupes d’âge, le Dr Roumeliotis a bon espoir que, d’ici la fin du mois d’août, de 75 % à 80 % de l’ensemble de la population de l’est ontarien aura reçu ses deux doses.

En date de lundi, environ 35 % des résidents de la région étaient pleinement vaccinés.

Par ailleurs, du côté de la capitale fédérale, Santé publique Ottawa a prévenu les résidents qu’ils pouvaient éprouver certaines difficultés à devancer le rendez-vous de leur 2e dose par l’entremise du portail électronique provincial.

Une série de questions sera posée lors du processus de réservation. À la question où l’on vous demande si vous vous inscrivez à une clinique pour jeunes, veuillez répondre "non", a-t-on indiqué par communiqué, en précisant qu’aucune clinique de la sorte n’existe à Ottawa.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !