•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le court métrage québécois Enracinée sera présenté à Cannes

Une femme sourit et porte des lunettes. Derrière elle se trouve une murale colorée.

La réalisatrice et monteuse Annie Leclair

Photo :  Neville Parker

Radio-Canada

La réalisatrice et monteuse québécoise Annie Leclair sera à Cannes du 11 au 16 juillet pour présenter son court métrage Enracinée au Diversity in Cannes Short Film & Webseries Showcase (DCI Showcase), qui se tiendra en marge du Festival de Cannes. Ce documentaire, centré sur une artiste et danseuse handicapée, est la seule production canadienne à être en compétition.

Cette année, 209 œuvres au total venant de 25 pays ont été soumises au DCI Showcase. Un jury de 26 gens du milieu a ensuite procédé à la sélection. Ce festival existe depuis 2009 et met de l’avant les productions qui encouragent la diversité et l’inclusion. Cette année, l’événement se tiendra du 6 au 17 juillet en formule hybride, en plus d’avoir une vitrine au Marché du film de Cannes.

En plus d’avoir réalisé Enracinée, Annie Leclair s’est aussi assurée de la production et du montage de son film. Dans ce dernier, elle fait le portrait de Marie-Hélène Bellavance, artiste en arts visuels et interprète en danse contemporaine.

En situation de handicap physique et maman, Marie-Hélène Bellavance est également codirectrice artistique de Corpuscule danse, une compagnie qui réunit des danseurs et des danseuses avec ou sans handicap.

C’est sûr que le handicap frappe, mais j’avais envie que ça touche vraiment tout le monde profondément. Qu’on se sente tous un peu énergisés par ça. Le pouvoir du message à travers l’art, la danse, a expliqué la réalisatrice Annie Leclair à Ariane Cipriani, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18.

Je cherchais l’humilité et, en même temps, la puissance. On est vraiment intime avec l’artiste. Pour moi, c’est très universel ce qu’elle nous dit, a-t-elle ajouté.

Un projet de long métrage en chantier

En marge de ce film, Annie Leclair travaille depuis neuf ans sur un projet de long métrage s'intitulant Affranchies, qu’elle développe avec le soutien financier de Téléfilm Canada et de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC).

Dans ce projet, je suis des femmes qui vivent avec un handicap physique. Je m'intéresse à ce sujet depuis longtemps, plus précisément à celles qui ont décidé d’avoir des enfants, a expliqué la réalisatrice, soulignant que ces femmes-là sont invisibles au cinéma.

Le court métrage Enracinée n’en est pas à son premier festival. Il est passé notamment par le 1905 International Human Rights Film Festival de Hong Kong, au Show Me Shorts en Nouvelle-Zélande et au Festival Regard de Saguenay.

Cette année, le film s’est aussi valu la mention spéciale du jury au Festival international du film sur l’art (FIFA), en plus d’être présenté cet été au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ).

Avec les informations d'Ariane Cipriani, chroniqueuse culturelle à l'émission Le 15-18

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !