•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Armée canadienne en renfort au Yukon en raison des inondations historiques

Des pancartes d'avertissement à moitié submergées dans l'eau.

La crue des eaux dans le sud du Yukon a dépassé dans certains secteurs l'inondation historique de 2007.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Radio-Canada

Une centaine de membres des Forces armées canadiennes sont attendus au Yukon au cours des 48 prochaines heures pour prêter main-forte aux efforts de protection des berges dans la région des lacs du Sud.

Une équipe préparatoire d’une douzaine de personnes est arrivée au territoire dimanche ont indiqué des porte-paroles du gouvernement du Yukon par courriel.

Pendant la fin de semaine, le niveau d’eau du bassin hydrographique du fleuve Yukon a dépassé le record enregistré en 2007. Une crue qui pourrait menacer les riverains encore plusieurs semaines.

Une pelle déposée près de sacs de sable empilés.

Les bénévoles s'affairent à remplir des sacs de sable dans le secteur du lac Marsh avant l'arrivée des membres des Forces armées canadiennes.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Le ministre des Services aux collectivités Richard Mostyn affirme avoir entendu les préoccupations des résidents des régions de Carcross, Tagish et du lac Marsh lors de sa tournée, et qu’ils ont tous les droits de s’inquiéter .

« C’est comme un désastre qui se déroule au ralenti.  »

— Une citation de  Richard Mostyn, ministre des Services aux collectivités

Le ministre a affirmé en entrevue à CBC qu’environ 150 résidences sont menacées par la crue des eaux.

Énergie Yukon prend des précautions

Le producteur public d’électricité Énergie Yukon exploite deux barrages le long du fleuve Yukon, à son embouchure au lac Marsh ainsi qu’à Whitehorse, tout juste en amont du centre-ville.

Depuis quelques mois, les vannes des deux barrages ont été ouvertes de façon à réduire le niveau d’eau d'un mètre dans le lac Schwatka. La mesure, qualifiée d’efficace par le président-directeur général et président du conseil d’administration Andrew Hall, ne pouvait toutefois pas à elle seule contrer la crue exceptionnelle.

Une carte montrant un taux d'épaisseur du manteau neigeux de différentes régions du Yukon par rapport à la moyenne habituelle. À Whitehorse, il atteint 150 % de la moyenne habituelle.

Le manteau neigeux est plus élevé que la moyenne habituelle, selon les autorités yukonnaises.

Photo : Radio-Canada

Le sud du territoire a reçu cet hiver près de deux fois la quantité de neige qu'il reçoit d'habitude en moyenne, et les derniers jours ont été marqués par des températures également beaucoup plus élevées que les normales.

« La situation va durer jusqu’au mois d’août au moins, donc ce ne sera pas terminé demain. Le niveau d’eau des lacs continue d’augmenter, mais la vitesse d’augmentation a diminué, ce qui est encourageant. Mais c’est loin d’être terminé.  »

— Une citation de  Andrew Hall, président et PDG, Énergie Yukon

Andrew Hall n'est pas inquiet, mais surveille de près les prévisions de précipitations. En attendant, les vannes du barrage de Whitehorse continuent de laisser l’eau s’échapper en grande quantité.

La grande inconnue est la quantité de pluie que nous recevrons, selon le PDG. Nous le disons depuis le début. La météo est belle et chaude, ce qui veut dire pas de pluie, mais cela a fait fondre la neige [en montagne] ce qui explique, à notre avis, la crue des eaux.

Un arc-en-ciel se forme dans l'eau qui s'échappe d'un barrage hydroélectrique.

Le barrage hydroélectrique de Whitehorse qui harnache le fleuve Yukon laisse s'échapper beaucoup d'eau ces derniers mois pour réduire le niveau de l'eau en amont de la capitale.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Énergie Yukon a, elle aussi, construit des digues de sacs de sable pour protéger ses infrastructures. Après le barrage à l’embouchure du fleuve, la priorité maintenant est de protéger le bâtiment qui abrite les turbines de Whitehorse.

Énergie Yukon travaille également avec la Ville de Whitehorse pour identifier les secteurs à risque, tel que le quartier industriel Marwell.

Avec les informations de Danielle D'Entremont et Claudiane Samson

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !