•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lac-Mégantic, huit ans plus tard : « la justice n'a pas encore été rendue »

Un cortège marche à Lac-Mégantic.

Des citoyens de Lac-Mégantic marchent en silence à la mémoire des 47 victimes de la tragédie ferroviaire.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Marcoux

Radio-Canada

Il y a huit ans, une tragédie défigurait le centre-ville de Lac-Mégantic, quand un train chargé de pétrole explosait au coeur de la ville. Pour commémorer ce huitième anniversaire, plusieurs événements se sont déroulés dans la ville, dont une marche silencieuse qui a rassemblée plusieurs dizaines de citoyens.

La marche, tenue par la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic, visait à exiger l'arrêt du transport de pétrole par train dans la région et que le Canada mette en place une commission d'enquête publique indépendante sur la tragédie.

Le père d'une des 47 victimes, Jean Clusiault, a assisté à cette marche, qui lui a fait revivre de durs souvenirs.

« Ça ne s'oublie pas. Par contre, il faut apprendre à vivre avec ça. Il y a des moments difficiles. »

— Une citation de  Jean Clusiault, père d'une des victimes
Des fleurs blanches et jaunes sont sur les rails.

Des fleurs sauvages ont été déposées sur la voie ferrée à Lac-Mégantic.

Photo : Radio-Canada

Le père de famille s'accroche à sa deuxième fille, toujours à ses côtés, pour traverser les périodes plus sombres. Moi, ce qui m'aide, c'est que j'ai une autre fille qui est maintenant maman de deux enfants. C'est venu mettre un baume sur la plaie, souligne-t-il.

Toutefois, pour bien des familles de victimes, la douleur est encore trop vive pour participer à ces événements publics.

La marche, à laquelle des Abénakis se sont joint, s'est amorcée au Centre sportif. Selon le porte-parole de la Coalition, Robert Bellefleur, la présence de représentants de la communauté autochtone n'est pas anodine.

C'est quand même un symbole, un signe qu'on envoie au gouvernement. C'est que cette fois, ce sera pacifique, mais qu'on ne laissera pas tomber, affirme M. Bellefleur.

« La tragédie n'a pas été oubliée. La justice n'a pas encore été rendue par le gouvernement. »

— Une citation de  Robert Bellefleur, porte-parole de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic
Des citoyens tiennent des pancartes devant une scène extérieure.

Des citoyens sont rassemblés pour demander l'arrêt du passage du pétrole à Lac-Mégantic.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Il ajoute que la Coalition entend recueillir l'appui d'autres communautés autochtones dans la poursuite de cette démarche. Je pense qu'ils sont très sensibles au fait qu'une nouvelle tragédie pourrait altérer leur territoire ancestral de chasse et de pêche, ici, fait valoir Robert Bellefleur.

Un arrêt pour déposer une gerbe de fleurs à l'Espace mémoire et pour observer une minute de silence a aussi été prévue au fil de la marche, qui s'est terminée au parc des Vétérans.

Comme chaque année, la Ville n'oublie toutefois pas de souligner la disparition de près d'une cinquantaine de ses citoyens. Les cloches de l'église Sainte-Agnès ont été actionnées 47 fois à midi pour commémorer la mort des 47 victimes. Une cérémonie religieuse de l'abbé Francis Morency aura lieu à l'église à 19 h 30.

La Ville a aussi mis ses drapeaux en berne, et les élus ont respecté une minute de silence à la mémoire des 47 victimes.

Le documentaire Marcheurs d'étoiles sera également projeté ce soir au Centre sportif Mégantic.

Des dizaines de personnes sont rassemblées devant l'église de Lac-Mégantic.

Les cloches de l'église de Lac-Mégantic ont sonné à la mémoire des victimes.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Marcoux

Remplacer le pétrole par de l'hydroélectricité

En plus de ces événements, la Ville a procédé à l'inauguration du premier microréseau électrique du Québec, réalisé en collaboration avec Hydro-Québec et mis en service il y a quelques jours. La municipalité souhaite ainsi démontrer sa volonté d'aider le Québec à délaisser les énergies fossiles au profit de solutions durables.

Ce laboratoire vivant permettra, à terme, d'aider des communautés isolées dépendantes du diesel à faire un virage vers les énergies renouvelables.

Par communiqué la Ville estimait que le fait d'encourager les énergies vertes était symbolique en raison de la destruction du centre-ville par des énergies fossiles. Néanmoins, des citoyens ont manifesté leur opposition à cette activité d'inauguration qui, selon eux, n'aurait pas dû être organisée le 6 juillet, puisque la journée devrait être consacrée à la commémoration.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !