•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour au travail à l'usine Stellantis de Windsor après un arrêt de production d'un mois

Entrée d'une usine. Des affiches donnent des informations sanitaires.

La production à l'usine d'assemblage Stellantis est perturbée depuis le début de l'année en raison de la pénurie mondiale de puces électroniques.

Photo : CBC/Bob Becken

Radio-Canada

Les employés de l'usine d'assemblage Stellantis de Windsor ont repris le travail lundi matin après plusieurs semaines de chômage technique lié à la pénurie mondiale de puces électroniques.

Depuis le début de l'année, les installations de Windsor ont été mises à l'arrêt à plusieurs reprises.

Dave Cassidy, président de la section locale 444 d'Unifor, espère que l'usine restera ouverte plus longtemps cette fois-ci.

J'espère que nous allons continuer à travailler jusqu'à la fermeture, dit-il, faisant référence à la fermeture annuelle de l'usine prévue pour le mois d'août.

Stellantis, anciennement connu sous le nom de Fiat Chrysler, avait annoncé à la fin du mois dernier la réouverture de l'usine de Windsor pour la semaine du 5 juillet.

Nous continuons d'évaluer nos plans de fabrication d'une semaine à l'autre, avait alors déclaré LouAnn Gosselin, responsable des communications de Stellantis Canada.

La pénurie mondiale de semi-conducteurs, qui sont utilisés dans de nombreux appareils électroniques, a gravement touché le secteur de l'automobile notamment, amenant de nombreux constructeurs à interrompre ou à réduire leur production.

Les usines de Stellantis en Amérique du Nord n'ont toutefois pas été perturbées de la même façon; celle de Détroit, qui produit la Jeep Grand Cherokee, a connu un meilleur sort. Une décision qui, selon M. Cassidy, reflète l’intérêt porté par les acheteurs envers ces deux véhicules.

Selon lui, les ventes décevantes du Pacifica ont contribué aux choix de la compagnie de fermer les installations de Windsor pour diriger les semi-conducteurs vers des usines dont les produits sont plus populaires.

Il estime toutefois qu'un passage au tout électrique pourrait stimuler l'intérêt pour la minifourgonnette.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !