•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'École du Rock de Montréal, un camp d'été musical pour jeunes

Quatre jeunes filles portent des lunettes de soleil et ont les mains en l'air en chantant.

Le groupe les Rockeuses de l'enfer, duquel fait partie la fille de Patrick Mainville, fondateur et directeur général de l'École du Rock de Montréal.

Photo : Sébastien Tardif

Radio-Canada

Pour animer l’été des jeunes de 7 à 17 ans et les initier à la musique, Patrick Mainville, copropriétaire des studios de répétition Musicopratik, situés dans le quartier Verdun, a fondé l’École du Rock de Montréal. Un camp de jour musical dont l’idée lui est venue un soir de pandémie, en écoutant le film L’école du rock avec sa fille de 7 ans.

Le long métrage L’école du rock, de Richard Linklater, sorti en 2003 et mettant en vedette l’acteur Jack Black, raconte l’histoire d’un musicien déchu qui se met à faire de la suppléance dans un collège privé. Il décide alors d’enseigner les grandes lignes du rock aux jeunes et de créer un groupe avec eux.

En écoutant ce film, la fille de Patrick Mainville a soudainement eu la piqûre.

Elle voulait que je lui montre comment jouer de la guitare immédiatement! Donc, de fil en aiguille, on a formé un groupe avec ses amies, qu’elle a depuis la garderie, et je leur ai montré comment jouer des chansons! Elles se sont mises à tripper et ont baptisé leur groupe les Rockeuses de l’enfer, a raconté Patrick Mainville à Claudia Hébert, chroniqueuse culturelle à l’émission Tout un matin.

De l’enregistrement en studio au vidéoclip

À partir de ce moment, Patrick Mainville a eu l’idée de créer un camp musical pour initier les jeunes au rock. En plus d’enseigner la musique aux enfants et aux ados, ce camp permet aussi de donner du travail à Antoine Loiselle, à Denis Paquin, à Alexandre Caron et à François Bertrand, des amis musiciens de Mainville qui seront les animateurs musicaux du camp.

Tout au long de l’été, à compter de lundi, l'École du Rock accueillera 25 jeunes par semaine qui apprendront à jouer d’un instrument (basse, batterie, guitare et chant). Les participantes et participants seront divisés en cinq groupes. Chacun des groupes aura le défi d’apprendre une ou deux chansons rock, de faire un enregistrement dans un studio professionnel, de tourner un vidéoclip, de créer un logo de groupe et de faire une séance photo. Tout ça en une semaine! Nul besoin d’être pro de la musique pour prendre part à ce camp musical.

Apprendre la musique dans le plaisir

Selon Patrick Mainville, le but n’est pas de former des virtuoses de la musique, mais plutôt de se rassembler et d’avoir du plaisir.

L’École du Rock est un projet ambitieux, mais le but n’est pas tant le résultat. Le rock, c’est de l’énergie et c’est le plaisir de jouer ensemble. C’est de se faire confiance, de jouer avec attitude et de vivre une expérience incroyable.

Une citation de :Patrick Mainville, fondateur et directeur général de l’École du Rock de Montréal

Des cours d’histoire du rock parleront des différents courants de ce genre musical, tout en présentant différents choix de chansons pour que les jeunes puissent ensuite les jouer ensemble.

Dans la petite liste des chansons, c’est sûr que je laisse aux coachs le choix, mais il y a des classiques comme Smoke on the Water, de Deep Purple, Paranoid, de Black Sabbath, et des chansons de AC/DC. Et moi, je pousserais peut-être pour du Offenbach. Et j’ai aussi joué dans le passé avec le groupe WD-40. Il y a une chanson que j’aime beaucoup, intitulée Tout pour le rock. Les paroles pourraient être changées, et ensuite on s’amuserait avec ça, par exemple, a avancé Patrick Mainville.

Située au 195, rue de l'Église, à Verdun, l’École du rock offrira huit semaines d’activités et pourra accueillir au total 200 jeunes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !