•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De fausses mises en demeure antivaccin suscitent des plaintes auprès de la police

Des lettres ont été envoyées à des cliniques de vaccination, des pharmacies et des unités de santé publique.

Capture d'écran où on voit Romana Didulo qui prononce un discours à la caméra.

Dans ses lettres et ses publications en ligne, Romana Didulo prétend être la « souveraine de la République du Canada » et exige que les vaccinations et autres mesures pour stopper la pandémie de COVID-19 cessent. Dans une de ses vidéos, elle affirme approuver de la mise à mort de personnes en position d'autorité qui ne s'y conformeraient pas.

Photo : Capture d'écran via BitChute.com

Radio-Canada

Des pharmaciens et d’autres acteurs du milieu de la santé ontarien reçoivent de fausses mises en demeure leur demandant de cesser toutes les mesures sanitaires et la campagne de vaccination. Plusieurs personnes ayant reçu ces lettres ont déposé des plaintes auprès de la police.

Une telle lettre a été reçue par la pharmacienne Kristen Watt, à Southampton, en Ontario. Elle semble signée par Romana Didulo, une femme de Victoria, en Colombie-Britannique, qui s'est faussement proclamée dans des vidéos en ligne comme étant notre nouvelle cheffe d'État, commandante en chef et la cheffe du gouvernement du Canada.

J'ai ri au début, a déclaré Mme Watt, dont la pharmacie dessert une communauté sur les rives du lac Huron à une quarantaine de kilomètres à l'ouest d'Owen Sound.

La lettre comprend une fausse déclaration selon laquelle toutes les mesures contre la COVID-19 sont nulles et non avenues. Elle comprend également d'autres allégations et demandes farfelues, notamment une demande d'arrêt immédiat de la distribution de vaccins et la fin d'autres mesures visant à freiner la pandémie.

Une photo de la lettre envoyée à la pharmacie Kristen's.

Voici une photo de la lettre envoyée à la pharmacie Kristen's à Southampton, en Ontario. Des lettres similaires ou identiques ont été livrées à des cliniques de vaccination, des postes de police et des entreprises partout dans le sud-ouest de l'Ontario.

Photo : Avec l'autorisation de Kristen Watt, via Twitter

La même lettre, ou des lettres très similaires, ont été envoyées à des entreprises, des postes de police et des fournisseurs de soins de santé partout dans le Sud-Ouest de l'Ontario, ainsi que dans d'autres régions du Canada. On peut y lire que quiconque ne se conforme pas à ses exigences commettrait des crimes contre l'humanité.

La lettre n'a clairement aucune autorité, mais Mme Watt a consulté des experts antihaine qui lui ont conseillé de déposer une plainte auprès de la police.

Des appels à la violence qui inquiètent

Romana Didulo est récemment devenue une figure de proue des mouvements anticonfinement. Ses propos sur les médias sociaux s'avèrent par moments inquiétants. Dans certaines vidéos publiées sur Internet, elle affirme vouloir appliquer la peine de mort à ceux qui ne se conforment pas à ses demandes d'arrêter la distribution de vaccins et de mettre fin aux restrictions qui visent à limiter la propagation de la COVID-19.

Mme Didulo dit vouloir permettre ces exécutions à la suite de tribunaux à caractère militaire, peut-on entendre dans l'une de ses vidéos publiées sur le site web BitChute. Selon elle, son autorité autoproclamée en tant que commandante en chef de la République du Canada lui permet de le faire.

Ce genre de propos inquiète la pharmacienne Kristen Watt, qui a choisi de déposer une plainte auprès du Service de police de Saugeen Shores.

Il y a une possibilité pour ses adeptes d'être motivés par des extrémistes et cela pourrait être préjudiciable à moi-même ou à mon entreprise.

Une citation de :Kristen Watt, pharmacienne

Mme Watt a diffusé sur Twitter une publication au sujet de la réception de la lettre, ce qui a déclenché des centaines de réponses, y compris des messages d'autres personnes ayant reçu la même lettre ou une lettre similaire.

Un élément sinistre sous-jacent

Peter Smith est un journaliste d'enquête au Réseau canadien antihaine. Il surveille de près les activités de Romana Didulo et la façon dont elle est perçue. Il publie les résultats de ses enquêtes sur le site web du Réseau.

Selon M. Smith, Romana Didulo était quasiment inconnue du grand public jusqu’au printemps de cette année, lorsque ses messages dénonçant les campagnes de vaccination contre la COVID-19 ont commencé à être partagés par les adeptes de QAnon, une théorie du complot qui considère l'ancien président américain Donald Trump comme un militant contre un prétendu réseau de trafic d'enfants dirigé par des célébrités et des représentants du gouvernement de l'État profond.

Selon Peter Smith, ce qui est préoccupant à propos de Romana Didulo est qu'elle mobilise très rapidement ces personnes pour leur demander de distribuer ces mises en demeure. Si on lit entre les lignes, le sous-texte est que si vous n’obéissez pas à la mise en demeure, vous êtes censé être exécuté à un moment donné. Il y a un élément sinistre sous-jacent à toute cette histoire.

Dans un article publié sur Internet, Mme Didulo prétend être la reine du Canada, une autorité qui, selon elle, lui a été transférée par des officiers supérieurs dans l'armée américaine. Ce message et d'autres ont été repartagés sur d'autres plateformes en ligne, telles que le site web de partage de vidéos BitChute, qui semble n'avoir presque aucune restriction sur le contenu qui y est présenté.

En plus de véhiculer diverses théories du complot et opinions antivaccination, Mme Didulo prétend également être la cheffe du Canada 1st Party of Canada [le Parti Canada d'abord du Canada, traduction libre], qui, selon M. Smith, n'est pas un parti politique dûment enregistré.

Il ajoute qu'après une forte augmentation du nombre d'adeptes ce printemps, la croissance du parti semble avoir atteint un plateau.

Cependant, il insiste pour dire que sa principale préoccupation n'est pas les messages publiés par Romana Didulo en soit, mais la façon dont ils inspirent les autres avec un effet domino.

L’enquêteur a montré à CBC News des captures d'écran de divers forums en ligne où d'autres individus s'engagent à livrer la lettre de mise en demeure à des endroits tels que la clinique de vaccination de Western Fair, dans le comté de Middlesex-London, en Ontario. Le service de santé de Middlesex-London a confirmé avoir reçu une telle lettre et a depuis déposé une plainte auprès des autorités policières.

CBC News a tenté sans succès de joindre Romana Didulo, mais demeure dans l'attente d'une réponse.

Avec les informations d’Andrew Lupton, de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !