•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vestiges de la Price Brothers émergent à Rimouski

Le terrain qui appartient aujourd'hui à Hydro-Québec est fortement contaminé. Une solution pérenne sera étudiée par la société d'État.

Des débris dans le sol.

L'érosion des berges à l'embouchure de la rivière Rimouski ce printemps a mis au jour de nombreux débris de la compagnie Price.

Photo : Radio-Canada

Depuis que les vannes de l'écluse à l'embouchure de la rivière Rimouski demeurent ouvertes en tout temps, l'érosion et les marées grugent du terrain, dévoilant à quel point le terrain qui a accueilli les installations de la Price Brothers Cie est jonché de débris.

C'est un randonneur qui a contacté Radio-Canada à la fin du printemps, surpris de voir autant de ferrailles, briques, bois et autres débris industriels sur le bord de la rivière, entre l'écluse et le pont du chemin de fer.

Un jeune garçon qui tire sur un restant de vieux pneu.

Des débris de toutes sortes sont emprisonnés sur les berges de la rivière Rimouski sur le terrain qui appartient maintenant à Hydro-Québec.

Photo : Radio-Canada

Sur la berge, on retrouve en effet des vestiges qui témoignent de l'occupation industrielle du site à partir du début du XXe siècle jusqu'aux années 60.

Des débris pris dans le sol

Des débris ont été enterrés dans les années 50 sur l'ancien terrain de la compagnie Price à Rimouski.

Photo : Radio-Canada

C'est vraiment un élément nouveau, mentionne la conseillère en communications d'Hydro-Québec, Ariane Doucet-Michaud. Dans le passé, l'écluse empêchait les marées d'entrer dans la rivière et retenait les crues, minimisant ainsi l'érosion des berges.

Selon les analyses faites par la Société d'État, ces vestiges ont été laissés par le grand feu de 1950 qui a pris naissance dans la cour à bois de la compagnie Price avant de traverser la rivière et enflammer presque la moitié de la ville.

C'était les moeurs de l'époque, tout a été laissé sur le sol, c'est ce qu'on a constaté dès le début des années 2000.

Une citation de :Ariane Doucet-Michaud, conseillère aux communications, Hydro-Québec

Puisque la compagnie Price a poursuivi ses activités après le feu pendant quelques années, il n'est pas impossible que des débris proviennent aussi des années 60.

Du fer et du bois pris dans le sol.

Des vestiges des installations de la compagnie Price qui ont brûlé en 1950 se retrouvent toujours sous la terre, tout juste à côté de la rivière Rimouski.

Photo : Radio-Canada

Nettoyage de la berge

Hydro-Québec a nettoyé le secteur, mais le même phénomène risque de se répéter l'automne ou le printemps prochain.

C'est pourquoi une solution pérenne sera étudiée par Hydro-Québec, comme celle de stabiliser les berges.

Puisqu'il s'agit d'une rivière à saumons, l'aval du ministère de l'Environnement sera nécessaire.

Un bord de rivière.

Depuis que les vannes de l'écluse demeurent ouvertes en tout temps, la marée et l'écoulement de la rivière accélèrent l'érosion des berges du terrain contaminé.

Photo : Radio-Canada

La conseillère aux communications mentionne qu'il n'y a aucun risque pour l'environnement.

Rappelons que la Ville de Rimouski avait songé cet hiver à acheter une partie de ce terrain pour aménager une descente pour les embarcations, mais les coûts de décontamination avaient fait reculer les élus.

Pour l'instant, la décontamination n'est pas dans les plans d'Hydro-Québec. Par contre, s'il y avait changement de propriétaire ou d'usage du terrain, la loi exigerait que les débris soient retirés du site.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !