•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des mesures exceptionnelles pour faire face à la pénurie de main-d’oeuvre à la Halte 174

Des voitures sont garées devant le restaurant La Porte de la Mauricie de Yamachiche.

La Porte de la Mauricie, située en bordure de l'autoroute 40, peine à recruter des employés.

Photo : Radio-Canada / Maude Montembeault

Radio-Canada

Au moment où de nombreux Québécois optent pour des vacances dans la province, la Halte 174, à Yamachiche, est aux prises avec un criant besoin de main-d'oeuvre et elle a récemment dû prendre des mesures exceptionnelles pour servir sa clientèle à la Porte de la Mauricie. Pour la première fois de son histoire, la direction a dû restreindre le nombre de places disponibles dans le restaurant pour que les cuisiniers puissent répondre à la demande.

On a dû refuser des gens. C’est la première fois en 40 ans qu’on faisait cela, a expliqué le copropriétaire de la Halte 174, Jean-François Quintal, en entrevue à Toujours le matin. Si on veut que ça fournisse en cuisine, on n’a pas le choix, a-t-il ajouté.

Le directeur général est allé donner un coup de main en cuisine alors qu’il devait être en vacances. De plus, Jean-François Quintal a appelé en renfort son oncle, l’ancien propriétaire, qui n’avait pas travaillé dans l’entreprise depuis 2 ans et demi.

Le copropriétaire de la Halte 174 a pris ces mesures afin d’éviter que le personnel qui assure actuellement la permanence ne s’épuise encore davantage. Ceux qu’on a font des heures de fou, on est contents de les avoir, dit-il. Certains cuisiniers peuvent travailler jusqu’à 11 heures durant une journée.

Jean-François Quintal affirme que les vendredi, samedi et dimanche, la Porte de la Mauricie, située aux abords de l’autoroute 40, prépare et sert près de 200 déjeuners chaque jour ainsi que 200 dîners et 200 soupers.

Le copropriétaire du complexe aurait besoin d’au moins de cinq personnes de plus en cuisine, de cinq serveurs additionnels ainsi que de laveurs de vaisselle. Il affirme qu’un des facteurs qui nuit à ses efforts de recrutement est l’accès à la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE).

Réduire les heures d’ouverture n’est pas une option envisagée par la halte à l’heure actuelle. Jean-François Quintal tient à continuer de servir les travailleurs et camionneurs qui viennent notamment très tôt le matin.

Du jamais-vu en matière d’achalandage

Dimanche dernier, les restaurants A&W, Thaï Express et Subway ont dû fermer leurs portes avant l’heure prévue en raison d’un manque de nourriture. Par exemple, toutes les boulettes et frites du A&W avaient été vendues dans la journée. On n’a jamais vu ça de notre vie, a déclaré Jean-François Quintal.

L’achalandage est très important à la Halte 174 depuis le début de l’été. On n’a jamais vécu ça dans les 10 dernières années, a-t-il dit.

L’économie locale du Québec va bien. Malheureusement, ce qui va ralentir l’élan, c’est [le fait que] les entreprises n’ont pas de main-d’oeuvre, conclut le copropriétaire du complexe.

En raison de la pénurie de main-d'oeuvre, le projet de salle de spectacle à la Porte de la Mauricie est retardé. La salle aurait pu être prête à accueillir des gens dès la fin de l’été ou au début de l’automne, mais la direction a décidé de repousser son ouverture. Un autre projet, celui d’implanter un pub et une brasserie sur place, est mis en veilleuse jusqu’en 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !