•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouvel étiquetage du champagne en Russie scandalise la France

Vladimir Poutine se sert un verre de champagne.

Le président russe Vladimir Poutine lors d'une cérémonie au Kremlin en 2016.

Photo : Reuters

Reuters

Le Comité interprofessionnel du vin de Champagne s'est insurgé lundi contre une nouvelle loi en Russie qui réserve aux seuls producteurs russes le droit d'afficher le nom « champagne » sur leurs bouteilles, tandis que les vins importés doivent, eux, comporter l'appellation « vin mousseux ».

La Champagne est scandalisée par la nouvelle législation russe relative à l’étiquetage des vins, écrit le Comité Champagne dans un communiqué publié lundi, en rappelant la protection de l'appellation française champagne AOC, reconnue dans plus de 120 pays.

Dans le cadre de la nouvelle loi russe, les vins de Champagne pourront conserver le droit d'utiliser le nom champagne en caractères latins sur l'étiquette principale. En revanche, ils devront renoncer au terme Shampanskoe – traduction de champagne en russe – et se présenter sous le terme vin mousseux en caractères cyrilliques sur la contre-étiquette, explique le Comité Champagne.

Seuls les vins effervescents russes auront désormais le droit d’utiliser le nom Shampanskoe, ajoute le Comité.

Priver les Champenois du droit d'utiliser le nom "Champagne" (en cyrillique) est scandaleux.

Une citation de :Maxime Toubart et Jean-Marie Barillère, coprésidents du Comité Champagne

C’est notre patrimoine commun et la prunelle de nos yeux, écrivent Maxime Toubart et Jean-Marie Barillère, coprésidents du Comité Champagne, invitant les entreprises champenoises à cesser leurs livraisons vers la Russie jusqu'à nouvel ordre.

La porte-parole de la Commission européenne, Miriam Garcia Ferrer, a dit être informée du changement législatif en Russie.

Cela aurait un impact considérable sur les exportations de vin. Nous ferons donc tout ce qui est nécessaire pour exprimer notre désaccord et notre inquiétude à l'égard du projet, a-t-elle déclaré.

Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour protéger nos droits et prendrons les mesures nécessaires si cette loi entre en vigueur, a-t-elle ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !