•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lancement d'un premier marché fermier afro-caribéen à Toronto

Un marché fermier dans la Petite Jamaïque.

Le premier marché afro-caribéen de Toronto a ouvert ses portes dimanche 2 juillet 2021. Il aura lieu tous les dimanche de 11 h a 15 h dans la Petite Jamaïque jusqu'à début octobre.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Le quartier de la Petite Jamaïque de Toronto a accueilli son premier marché fermier afro-caribéen dimanche. Une initiative qui veut offrir plus de visibilité aux commerçants noirs et redynamiser un secteur fortement touché par la pandémie, mais aussi par une décennie de travaux de construction le long de la rue Eglinton.

C’est sous le soleil et dans le rythme de concerts d’artistes locaux que s’est ouvert dimanche le premier marché fermier afro-caribéen de la Ville Reine.

C’est un rêve devenu réalité , lâche Alexander Fields, propriétaire du service de traiteur et de restauration Rhys, le type d’événement que je cherche depuis plus d’un an. Derrière lui, sa mère surveille la cuisson de brochettes, pendant que son frère réajuste la présentation des sauces et marinades faites maison.

Une femme et ses deux fils posent au milieu de leur stand de nourriture lors d'un marché fermier.

Alexander Fields (à droite) est aidé de son frère et de sa mère pour promouvoir ses sauces faites maison et son service de traiteur.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Sur ce parc de stationnement situé sur l'avenue Eglinton, près de l’avenue Oakwood, ils sont une quinzaine de commerçants noirs, d’origines africaine ou caribéenne, à s’être rassemblés pour promouvoir leurs produits.

C’est vraiment une façon pour le quartier de montrer qu’on est à nouveau ouvert , explique Louroz Mercader, le directeur de la zone d’amélioration commerciale (ZAC) de Yonge et Eglinton (Yonge Eglinton Improvement Business Area).

Ça a été vraiment dur pour les petits commerces durant la pandémie, en plus des chantiers de construction du train léger.

Un homme avec des lunettes et un masque répond aux questions de Radio-Canada, au milieu d'un marché fermier.

Louroz Mercader, directeur de la zone d’amélioration commerciale de Yonge et Eglinton

Photo : Radio-Canada / Robert Krbavac

Visibilité et opportunités

La ZAC de Yonge et Eglinton représente environ 200 petites entreprises le long de l'avenue Eglinton Ouest. Certaines ont perdu entre 50 et 70 % de leur chiffre d’affaires comparativement à avant la pandémie, rapporte M. Mercader. Beaucoup de ces petites entreprises sont encore debout, et ont une clientèle fidèle. Mais elles ont besoin de plus de clients pour les soutenir.

Les chantiers de construction du train léger Eglinton-Crosstown ont dévasté les entreprises locales, renchérit la directrice du marché Afro-Caribéen de Toronto, Lori Beazer. On ne parle pas de dix jours, de dix semaines mais bien de dix années , lance-t-elle.

La Ville vient de reconnaître le quartier de la Petite Jamaïque [comme patrimoine historique, ndlr] et c’est ici qu’il a la plus forte concentration de commerces appartenant à des personnes noires , explique M. Mercader. Je pense qu’en ayant ce marché, en présentant des produits frais et des artistes du quartier, c’est une bonne façon de soutenir l’économie locale, ajoute-t-il.

Et ce n’est pas Mikaela Malcolm, propriétaire de la pâtisserie Cheesekaekes, qui va le contredire. La jeune femme a lancé son entreprise il y a environ un an et travaille de chez elle pour offrir des desserts qu’elle livre chez ses clients à travers toute la métropole. Pour elle, participer à ce premier marché fermier afro-caribéen est non seulement bon pour ses affaires, mais aussi pour les autres commerçants de la Petite Jamaïque.

Une femme portant un masque répond aux questions de Radio-Canada devant son stand de nourriture.

Mikael Malcolm, propriétaire de la patisserie Cheesekaekes.

Photo : Radio-Canada / Robert Krbavac

Ça offre un endroit, dans le Grand Toronto, où les gens peuvent consommer local et soutenir des commerces noirs, et en plus ça génère du trafic pour les commerces aux alentours, donc c’est vraiment positif.

Une citation de :Mikaela Malcolm, propriétaire, Cheesekaekes

Et le fait que le marché présente uniquement des produits venant de commerces tenus par des Noirs est également synonyme de nouvelles opportunités, suggère Alexander Fields.

D’autres marchés fermiers ne me laissaient pas participer, raconte le restaurateur. Pour ce marché, on m’a contacté directement et on m’a demandé de participer, explique-t-il.

Ce marché est une étape importante pour les jeunes entrepreneurs noirs comme moi.

Une citation de :Alexander Fields, propriétaire, Rhys

C’est le fruit de plus d’un an de planification, raconte la directrice du marché, Lori Beazer, rappelant qu’il se tiendra tous les dimanches de 11 h à 15 h jusqu’à début octobre.

Une femme répond à un journaliste devant l'entrée d'un marché fermier.

Lori Beazer, directrice du marché pour le Marché Afro-Caribéen de Toronto

Photo : Radio-Canada / Robert Krbavac

Et l’Antiguayenne ayant grandi dans le quartier pense déjà à l’étape suivante pour re-dynamiser la Petite Jamaïque. Plus de nouvelles sont à venir, restez à l’écoute, prévient-elle.

Avec son équipe, elle travaille déjà sur un projet de festival culinaire pour l’an prochain.

Et d'ajouter en souriant : En 2022, nous bloquerons toute la rue!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !