•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau projet résidentiel : des Sherbrookois dénoncent un manque de transparence

Un terrain vague entouré d'arbres.

Un promoteur souhaite développer ce secteur pour y construire des maisons jumelées.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une cinquantaine de citoyens du secteur du lac des Nations s'inquiètent d'un projet domiciliaire près de chez eux.

Un promoteur s'apprête à construire des maisons jumelées dans la rue Toulon jusqu'aux rues des Incas et des Iroquois. Le projet préoccupe les citoyens. 

Le porte-parole du groupe de citoyens opposés au projet, Gilles Daoust dénonce le fait que des travaux auraient même déjà commencé dans le secteur. 

Le promoteur a acheté un ensemble de terrains et a commencé à y faire des travaux sans avoir aucun permis, sans qu'aucun projet soit développé. Il a fait du drainage dans des milieux humides. Il a détourné des ruisseaux, affirme Gilles Daoust. 

Des citoyens marchent dans un boisé.

Des citoyens du secteur du lac des Nations déplorent n'avoir pas été informé de la construction d'un projet résidentiel qui démarrera bientôt.

Photo : Radio-Canada

Les citoyens disent être incapables d'obtenir des réponses de la Ville de Sherbrooke sur la nature des travaux déjà entrepris. Ils déplorent le fait de ne pas avoir été consultés ou informés des détails concernant le projet. 

Le promoteur pourrait s'asseoir avec nous et nous expliquer son projet. On veut harmoniser deux quartiers, on s'y attendait avec l'arrivée de la 410, il y aurait du développement domiciliaire, mais on veut être partie prenante pour qu'on respecte un peu la qualité de vie puis la beauté qu'on a ici, souligne le citoyen 

Il y aurait moyen de faire des groupes d'action avec des élus et les citoyens pour un développement durable, pour un développement intelligent dans les quartiers.

Une citation de :Gilles Daoust, citoyen opposé au projet

Pour plusieurs d'entre eux, il y a urgence d'agir, puisqu'ils redoutent les risques environnementaux que pourrait entraîner le projet.  

Est-ce que l'urbanisme doit toujours passer par le fait de rendre des terrains complètement stériles, de mettre des bâtisses à travers de ça, toutes collées les unes sur les autres, ou on ne pourrait pas garder justement cette belle végétation-là, soutient une habitante du secteur, Marie-Christine Morin.  

Plus de transparence demandée  

Le conseiller municipal du secteur de l'Université, Paul Gingues peine lui aussi à obtenir des informations sur le projet.

C'est pas normal. Moi je trouve ça inacceptable que les citoyens et l'élu, entre autres, ne soient pas capables d'avoir des réponses.

Une citation de :Paul Gingues, conseiller du district de l'Université

Paul Gingues affirme qu'une nouvelle directive de la Ville de Sherbrooke imposant le recours à des demandes d'accès à l'information complique la tâche du conseiller qui souhaite informer ses citoyens. A une autre époque, j'aurais pu appeler directement les directions de service et avoir des réponses aux questions intelligentes des citoyens, déclare le conseiller.

Des travaux dès 2022

Le promoteur Jacques Vallée a refusé notre demande d'entrevue. Par courriel, il indique que les travaux devraient débuter en 2022. 

Quant à la nature du projet, le promoteur se veut rassurant quant aux inquiétudes soulevées par les citoyens.

C’est une continuation similaire aux rues de Toulon, de Rouville, de Tadoussac ainsi que Trois-Rivières, décrit-il. Le développement sera un prolongement harmonieux avec le secteur déjà existant. En ce qui concerne les arrière-cours des maisons des rues des Incas et des Iroquois, la densité des maisons sera de type maison jumelée. Le projet sera échelonné par phase de développement selon la demande de vente de maisons.

Le promoteur souligne également que le développement de cette rue est avantageux pour les citoyens qui auront un meilleur accès au parc de l'Ancien-Chemin-de-Fer et au parc des Deux-Ruisseaux.

Avec les informations de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !