•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au tour des Flames de Gatineau de préparer la prochaine saison

Une casquette des Flames de Gatineau est déposée sur le bord de la bande d'une patinoire.

Les joueurs des Flames à l'entraînement, dans le secteur de Buckingham (archives)

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Après la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), la semaine dernière, c'était au tour de la Ligue junior AAA de procéder à son repêchage cette fin de semaine. Les Flames de Gatineau étaient en bonne position pour ajouter plusieurs joueurs de talent à leur effectif avec cinq choix parmi les deux premières rondes.

Alors que la saison 2020-2021 a dû être annulée dans les rangs midget en raison de la pandémie, les dépisteurs des Flames ont dû travailler autrement pour bâtir leur liste cette année. Malgré tout, l'optimisme était de mise à l'intérieur du quartier général de l'équipe, samedi matin.

On a été capable d'aller chercher les informations dont on avait besoin sur les joueurs. Grâce à la technologie, on a pu voir la plupart sur vidéo, on s'est bien préparé, assure Jean-François Lavergne, le directeur général et entraîneur-chef du club.

Même si les dépisteurs n'ont ménagé aucun effort au cours des derniers mois, la pression sur leurs épaules était peut-être un peu moindre sachant que seuls quelques joueurs viendront compléter l'équipe immédiatement.

Dans notre cas, ce qui est intéressant, c'est qu'on a rebâti la formation l'an dernier et 90 % des joueurs devraient être de retour. On a perdu des joueurs de 20 ans, mais notre noyau reste intact, souligne M. Lavergne.

Un entraîneur de hockey pose près de la patinoire.

L'entraîneur et directeur général des Flames de Gatineau, Jean-François Lavergne (archives).

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Ce qui prime surtout dans un repêchage junior AAA, c'est de s'assurer les services de joueurs qui seront en mesure d'aider l'équipe, que ce soit pour une saison ou pour plusieurs années. Certains espoirs peuvent éventuellement se tailler un poste avec une équipe de la LHJMQ ou simplement préférer ne pas déménager pour poursuivre leur carrière de hockeyeur.

C'est sûr qu'on a certains choix où on va y aller avec une valeur sûre, le joueur qu'on sait qui va venir chez nous, mais il y a quand même plusieurs choix qu'on fait aujourd'hui dont on n'est pas certain. On a peut-être 10 à 15 % de nos choix où il y a un risque que le joueur ne vienne jamais, évalue le DG des Flames.

Parfois, le junior AAA va être le plan A des joueurs qui veulent se diriger vers une université américaine ou qui ne seraient pas prêts à faire le saut dans la LHJMQ. Il faut cibler cette information-là le plus tôt possible grâce aux entrevues.

Une citation de :Jean-François Lavergne, directeur général et entraîneur-chef des Flames de Gatineau

L'une des façons de maximiser les chances qu'un joueur enfile un jour le maillot des Flames est de miser sur les joueurs locaux. Le club junior AAA a mis la main sur cinq espoirs en provenance de l'Intrépide de Gatineau lors du repêchage 2021.

C'est sûr que c'est une grande fierté. Depuis que je suis jeune, je regarde les Flames dans l'aréna alors je suis très content d'être sélectionné par eux aujourd'hui, raconte Félix Guay, un Gatinois sélectionné au 6e tour.

L'ailier droit prévoit profiter de sa dernière année d'éligibilité avec l'Intrépide cet automne, mais il s'attend à représenter les Flames dès l'an prochain.

Le choix numéro 1, c'est la LHJMQ, puis ensuite la LNH, mais je pense qu'il y a plusieurs chemins qui mènent à la même destination et si c'est avec les Flames, c'est sûr que je vais y aller, soutient le jeune homme de 16 ans.

Les Flames de Gatineau organisent un pré-camp du 23 au 25 juillet. Le vrai camp d'entraînement débutera le 20 août et le coup d'envoi de la prochaine saison est prévu pour le 10 septembre.

Les joueurs ont vraiment hâte de retourner sur la glace, on sent leur passion lorsqu'on les contacte, on voit la lumière au bout du tunnel, conclut Jean-François Lavergne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !