•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libraires indépendants du N.-B. en attente d’une politique d’achat du livre

En avant-plan, un livre ouvert devant une bibliothèque bien remplie

Une politique de l'achat du livre est réclamée depuis des années au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada

La pandémie a fortement perturbé les activités des librairies indépendantes néo-brunswickoises. Des libraires réitèrent maintenant la nécessité d’une politique d’achat du livre provincial pour assurer la pérennité de leurs établissements.

Pendant la crise sanitaire, certaines librairies indépendantes ont été privées de près de 75 % de leurs revenus, et ont été contraintes de solliciter l’aide du gouvernement.

Pour le copropriétaire de la librairie Pélagie de Shippagan, Julien Cormier, la fatigue s’est toutefois installée bien avant l’arrivée de la crise sanitaire. Il a décidé de vendre son entreprise, après 32 ans de service.

Un livre ouvert sur une pile de livres fermés.

Pendant la pandémie, des librairies indépendantes néo-brunswickoises ont dû réorienter leur offre de service, en offrant la cueillette en magasin.

Photo : getty images/istockphoto / Canetti

Dans cette industrie changeante, les défis sont de taille et Julien Cormier est maintenant prêt à passer le flambeau.

Achats locaux

Les bibliothèques et les écoles néo-brunswickoises n’ont aucune obligation d’achat local.

Les libraires doivent donc constamment baisser leurs prix pour être attrayants et se démarquer de la concurrence, indique Julien Cormier.

Ce qu’il nous manque ici, au Nouveau-Brunswick, c’est une politique d’achat du livre.

Une citation de :Julien Cormier, copropriétaire de la librairie Pélagie de Shippagan

Bien que la province détient une politique du livre, aucune politique d’achat n’est en place.

Selon Julien Cormier, cet ajout provincial permettrait la survie des librairies indépendantes du Nouveau-Brunswick.

La menace des géants du web

Le propriétaire de la librairie Librairie Matulu d’Edmundston, Alain Leblanc, œuvre dans son domaine depuis 22 ans.

Il affirme que les ventes par Internet et l’arrivée de géants comme Amazon sont venus complètement transformer son industrie.

Gros plan sur un colis livré par Amazon Prime.

Les livraisons par des géants comme Amazon perturbent l'industrie du livre.

Photo : Radio-Canada / Marie-Eve Lapointe

Ce qui ne change pas selon lui, c’est l’expérience en librairie. Les gens aiment aller sur place, toucher un livre, voir un livre, c’est ben beau le commander sur Internet, mais bon, il y a une différence, avance-t-il.

Sans oublier l’aspect convivial de ce type d’établissement. Parfois, les gens vont rentrer, les clients vont rentrer, même s’il n’achète pas de livre, on va jaser.

En attendant la fin de la pandémie et des changements comme l’arrivée d’une politique d’achat du livre, les libraires indépendants continuent de tenir le coup au Nouveau-Brunswick.

D’après le reportage de Jérémie Tessier-Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !