•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La plongeuse Lysanne Richard établit un record à La Malbaie

Lysanne Richard est sur le plateau d'On va se le dire.

La plongeuse de haut vol Lysanne Richard

Photo : Pamplemousse média

La plongeuse de haute voltige Lysanne Richard a fracassé un record canadien en s’élançant, samedi matin, d’une nacelle élevée de 26 m au-dessus du Saint-Laurent. L’exploit, réalisé devant le quai de Cap-à-l’Aigle, près de La Malbaie, visait à recueillir des fonds pour lutter contre les troubles alimentaires qui affligent les jeunes filles.

Le saut a nécessité des jours de préparation. Le plongeon, lui, a duré à peine seulement trois secondes.

À partir de 15 m, chaque mètre supplémentaire ajoute énormément à la rapidité que j’atteins dans les airs, expliquait la plongeuse, samedi matin, sur les ondes de RDI. Donc ça ajoute à la force de l’impact également.

La plongeuse a atteint une vitesse de 80 km/h lors de sa descente. Puis, en moins d’une seconde, je vais être à zéro. Il va y avoir une pression énorme sur mon corps, ajoutait la plongeuse avant le grand saut.

Habituée de défier la gravité, Lysanne Richard a eu besoin d’un entraînement spécifique pour ce plongeon. Jamais athlète canadienne n’avait tenté de plonger d’une telle hauteur avant elle. 

Peu avant midi, devant plusieurs dizaines de curieux rivés à leur cellulaire pour immortaliser l’événement, la plongeuse s’est élancée, effectuant une vrille avant d’atteindre le Saint-Laurent.

Un record canadien venait d’être établi.

Pour une bonne cause

L’événement visait à recueillir des dons pour la Croisière des Alizés, un organisme de Charlevoix dont la mission est de soulager les filles de 14 à 25 ans aux prises avec des troubles alimentaires.

Nathaly Isabelle a fondé l’organisme pour respecter une promesse faite à elle-même. 

Ma fille a souffert de troubles alimentaires et de maladie mentale pendant plus de 7 ans, confie-t-elle. Vraiment, on a vécu tous les vents, toutes les tempêtes, tous les orages et je me suis promis que si elle guérissait. j’allais faire quelque chose pour les autres jeunes filles et, également, pour leurs parents, parce que c’est extrêmement souffrant. 

La thérapie, chez la Croisière des Alizés, se fait par la voile.

La voile, c’est ici, maintenant, et ça, c’est extrêmement important pour des jeunes filles qui souffrent de troubles alimentaires et qui sont dans la pensée obsessive, explique Nathaly Isabelle.

Le plongeon de Lysanne Richard, qui fut émue de la mission de l’organisme, visait à encourager la campagne de financement présentement en cours. Samedi matin, avant le plongeon, la Croisière des Alizés avait récolté 14 % des 15 000 $ espérés.

Avec les informations de Véronique Darveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !