•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canadien sur écrans géants partout à Montréal

Un couple dans une foule qui regarde un écran au loin. En arrière-plan, une image du joueur Philippe Danault.

Philippe Danault a marqué le premier but du Tricolore.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

De petites foules de partisans du Tricolore ont investi la place des Festivals et l'esplanade du Parc olympique vendredi soir. Jusqu’à 8000 personnes étaient attendues aux diffusions publiques officielles du troisième match de la finale de la Coupe Stanley, qui affichaient toutes complet en après-midi.

Plusieurs personnes qui avaient réservé un billet gratuit au Quartier des spectacles ne se sont toutefois pas présentées, ce qui pourrait inciter l'organisation à revoir son système de réservation.

On est les premiers à faire de grands rassemblements à Montréal dans des lieux structurés, a souligné avant le match le directeur de la logistique du Quartier des spectacles, Marc Randoll, en évoquant de grands défis pour l’organisation d'un événement de plus de 4000 personnes à 72 heures d’avis.

Des partisans qui s'exclament de joie.

Les partisans du Canadien étaient en liesse quand Montréal a marqué son premier but du match, réduisant l'écart à 2-1.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Bien que le gouvernement ait annoncé jeudi que la limite des grands rassemblements extérieurs passait à 5000 personnes, les participants ne résidant pas à la même adresse doivent conserver une distance de 1,5 mètre entre elles.

La solution a été de créer des zones avec 500 personnes. Des zones délimitées avec des clôtures et deux mètres entre chaque zone, a expliqué Marc Randoll.

Au Quartier des spectacles, trois zones distinctes délimitées par des clôtures de métal et munies chacune d’un écran géant avaient été dressées : deux sur la place des Festivals, une sur l’esplanade de la Place des Arts et une autre à même la promenade des Artistes.

Un homme portant un t-shirt de Carey Price, assis à la Place des festivals.

L'avance de Tampa Bay a refroidi l'enthousiasme des spectateurs.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le même concept a été appliqué à l'esplanade du Parc olympique, un endroit tout indiqué, selon un porte-parole, Cédric Essiminy. L'endroit prévoit d'ailleurs augmenter sa capacité à 5000 participants pour le quatrième match. Vendredi, 2500 des 3500 détenteurs de billets se sont présentés au match.

On a l’habitude pour ce genre de rassemblements. Ça fait 45 ans qu’on reçoit des événements de toutes sortes, sportifs, grand public. Et donc, nous, il n’y a pas de problème, a indiqué M. Essiminy en entrevue avant la partie.

Le stade olympique, actuellement utilisé comme centre de vaccination contre la COVID-19, a d'ailleurs offert la possibilité aux participants de recevoir une première ou une deuxième dose sans rendez-vous.

Trois jeunes femmes portant un chandail des Canadiens.

Déçus, de nombreux partisans ont quitté les rassemblements avant la fin du match.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Partisans survoltés

C'est super fin de faire ça pour les fans, parce qu'il y a beaucoup de monde au Centre Bell, donc ça divise la foule, a déclaré un partisan rencontré sur place qui avait réussi à mettre la main sur l'un des 4335 billets gratuits du Quartier des spectacles.

Ça fait longtemps que je n'ai pas vu un match de hockey ailleurs que dans mon salon, a dit un autre amateur.

Une partisane du CH qui affiche un visage de déception.

Le Lightning de Tampa Bay a été la première équipe à marquer.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

L'organisation des diffusions publiques extérieures était une idée de la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Cette dernière a d'ailleurs témoigné son enthousiasme face à l'engouement que les diffusions ont suscité.

Je suis vraiment très, très heureuse. À cause du contexte pandémique, ça a pris du temps et ça a demandé du travail. Et finalement, ce soir, on est au Quartier des spectacles et au stade olympique, et on va pouvoir regarder le match gratuitement, en gang!, s’est réjouie la mairesse lors d'une entrevue à la Place des Arts avant le match.

Des partisans à la Place des Arts.

L'organisation des diffusions publiques extérieures était une idée de la mairesse Valérie Plante.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le Service de police de la Ville de Montréal a dressé un bilan somme toute positif de ces rassemblements. Les policiers ont remis 78 constats d'infraction et ont procédé à quatre arrestations. Les spectateurs ont toutefois quitté les lieux rapidement et sans anicroche, a précisé la porte-parole du corps policier Caroline Chevrefils.

Un Centre Bell « rempli »

Le Centre Bell, où se déroulait le match, peut accueillir un maximum de 3500 spectateurs en vertu des règles de la santé publique, qui n’a pas voulu faire d’exception pour le Canadien.

On aura 3500 personnes à l’intérieur et probablement 25 000 personnes dehors qui vont être collées les unes aux autres. Donc, c’est dur de trouver la logique, a déploré l'entraîneur-chef par intérim de l’équipe, Dominique Ducharme, visiblement déçu.

Des projections dans les gradins, conçues par l'entreprise montréalaise PixMob, ont toutefois permis de remplir l'aréna.

On a utilisé les sièges qui étaient vides pour amplifier l'énergie des gens qui sont dans la foule, a mentionné Jean-Olivier Dalphond, président de PixMob, lors d'une entrevue à RDI.

Cette technologie vise à permettre au Tricolore de bénéficier de l'effet de la foule, connu pour contribuer à l'énergie des joueurs.

Illuminer les gradins du Centre Bell

La manière dont la lumière se promène, quand on est sur la glace, on ne peut pas ne pas la voir. Et dès qu’il y a un moment fort, nous on est là pour l’amplifier.

Le Lightning de Tampa Bay avait déjà pris les devants 2-0 dans la série en remportant les deux premiers matchs présentés en Floride. Ce troisième match, qui se déroulait pour la première fois à domicile, s'avérait donc crucial pour le Canadien, qui doit remporter quatre duels pour mettre la main sur la coupe Stanley.

Avec les informations de Jean-Philippe Hughes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !