•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les frigos partagés en plein essor à Lévis

Onze personnes masquées sont alignées en extérieur à côté d'un abri qui renferme un frigo. Toutes tiennent un produit alimentaire.

Le dernier frigo partagé du Filon à Lévis a été branché chemin Du Sault, à Saint-Romuald.

Photo : Gracieuseté de Rémi Proteau

En un an, le nombre de frigos partagés installés à Lévis a plus que doublé. Il y en avait trois l’été dernier, on en dénombre sept actuellement. Le dernier a été mis en marche, fin juin.

La pandémie n’a pas freiné leur expansion. Au contraire, puisqu’elle a accentué la précarité.

Tous ces frigos sont gérés par l’organisme communautaire lévisien Le Filon et contribuent, selon Vincent Frenette, son coordonnateur, à rendre les aliments accessibles à tous, lutter contre le gaspillage alimentaire et créer du lien social.

D’emblée, il prépare le terrain : Ce ne sont pas des frigos pour les pauvres, ce sont des frigos pour tout le monde.

N’importe qui peut les utiliser en y déposant de la nourriture ou en en prenant à l’intérieur. L’initiative s’adresse donc autant aux particuliers dans le besoin ou non qu’aux producteurs qui entassent les surplus, et aux commerces qui accumulent les invendus.

Se retrouver sans rien, Michelle Plante en a fait la cruelle expérience. Une épreuve personnelle en décembre l’a laissée totalement démunie.

Je n’avais aucune somme d’argent pour me payer à manger. Pendant deux semaines, je me suis nourrie grâce à ces frigos, confie-t-elle.

À Québec aussi

Elle aurait pu se rendre à une banque alimentaire. La honte et la gêne l’en ont empêchée.

Dans une banque alimentaire, on donne son nom. On est identifié. Ça joue encore plus sur son estime personnelle qui est déjà basse quand on traverse un moment difficile.

Aujourd’hui, Michelle Plante est sortie de sa mauvaise passe et a décidé de s’impliquer dans le projet du Filon. Elle fait partie des dorloteurs, ces bénévoles qui s’assurent que les frigos partagés fonctionnent, restent propres et soient remplis de denrées comestibles.

Plus généralement, les frigos partagés poussent comme des champignons au Québec, y compris dans la Capitale-Nationale. Des habitants du quartier Maizerets ont mis en service le leur le 21 juin. Ils l’ont installé aux abords du Centre communautaire Mgr Marcoux, dans le parc Bardy.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !