•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Histoires de crème glacée

À Paris, Miville Couture et ses camarades commandent une crème glacée à un kiosque.

L'animateur Miville Couture prend un moment pour savourer une crème glacée en compagnie de ses collègues, en 1960.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Combien de fois irez-vous au bar laitier cet été? Comme nous le montrent nos archives, les desserts glacés sont bien populaires chez nous depuis plusieurs décennies déjà, et particulièrement durant la belle saison.

La crème glacée a une valeur nutritive presque égale au lait, affirme le directeur de l'École de laiterie de Saint-Hyacinthe dans cet extrait de l’émission Carrefour du 3 janvier 1958.

Après tout, 80 à 85 % des ingrédients qui entrent dans la composition de ce dessert sont des ingrédients laitiers.

Carrefour, 3 janvier 1958

La crème glacée n’a pas été rationnée durant la dernière guerre. Cela démontre bien qu’il s’agit d’un aliment essentiel, soutient M. Bégin auprès du journaliste Paul Dumont-Frenette.

En 1958, chaque Canadien consomme environ 16 chopines de crème glacée par année, comparativement à 5 chopines en 1935.

Comment expliquer une si forte croissance en moins d’un quart de siècle? Les Canadiens sont mieux informés de la valeur nutritive de la crème glacée, croit le représentant de l’École de laiterie de Saint-Hyacinthe. L’avènement des réfrigérateurs a sans doute également joué, en plus de la publicité entourant ce produit.

Tout le monde est content quand on mange de la crème glacée.

Une citation de :M. Bégin

La crème glacée peut offrir de la variété aux repas et une ménagère qui en achète n’a pas de cuisson à prévoir, vante M. Bégin en conclusion.

Édition Magazine, 22 juillet 1993

Le Canada est le quatrième consommateur de crème glacée au monde, nous apprend l’animatrice Solveig Miller à l’émission Édition Magazine du 22 juillet 1993.

Les Canadiens sont aussi de plus en plus gourmets, puisqu’on constate que les ventes de desserts glacés raffinés augmentent chaque année de 38 %.

Dans son reportage, la journaliste Josée Blanchette nous présente l’art du gelato italien qui fait de plus en plus d’adeptes aux pays.

Le gelato est composé de jaune d’œuf, de crème, de lait et de sucre que l’on fouette avec des saveurs naturelles ou artificielles.

Une confection très simple, mais dont la clef repose sur le choix d’ingrédients de haute qualité et d’une fraîcheur irréprochable, nous explique la journaliste.

On doit la recette du gelato au globe-trotter Marco Polo qui, au 13e siècle, aurait rapporté dans ses valises une vieille recette chinoise de crème glacée.

Quant au cornet, façon la plus fréquente de consommer la crème glacée chez nous, il serait une invention américaine.

Capsule d'archives sur la crème glacée, 1940-1985

Dans un bol, sur un cornet, en famille, avec des collègues ou entre amis, notre montage d'archives nous montre que la crème glacée est un plaisir partagé par de nombreux Canadiens.

Les archives présentées s'étirent sur quarante ans, de 1940 à 1985.

On peut y apercevoir quelques coupes de gelato ou de yogourt glacé, mais la palme semble bien revenir à la crème glacée molle.

L'Épicerie, 3 août 2011

Un été au Québec sans crème glacée molle, c’est impensable!

Une citation de :L’animatrice Johane Despins

La crème glacée molle a été inventée à la fin des années 30 aux États-Unis, mais c’est dans les années 50 qu’elle a fait son apparition chez nous, révèle ce reportage de L’Épicerie du 3 août 2011.

L’animatrice Johane Despins visite deux grandes bannières et fait le tour de quelques bars laitiers indépendants à travers le Québec.

Plusieurs desserts glacés sont habituellement proposés, en plus d’une variété de crème glacée dure et de crème glacée molle. La tendance est cependant largement à ce dernier produit.

Dans les succursales de La Crémière, la crème glacée molle représente de 75 à 78 % des ventes. Au Dairy Queen, la crème glacée dure compte pour seulement 3 % des ventes, mais la chaîne continue d’offrir ce dessert pour satisfaire une certaine clientèle.

Je préfère la crème glacée molle, ça fait différent, explique un client attablé à un bar laitier. La crème glacée dure, je peux en acheter à l’épicerie.

Johane Despins nous montre aussi le secret de la réussite d’une crème glacée molle qui repose davantage sur le calibrage de la machine qui la façonne que sur la recette.

Il y a longtemps qu’on aime la crème glacée molle et parions qu’elle continuera à avoir une foule d’adeptes, conclut l’animatrice après avoir goûté des saveurs plus audacieuses de ce dessert glacé.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.