•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cédric Jeannot : une banque numérique pour des marchés émergents

L'entrepreneur Cédric Jeannot.

Cédric Jeannot est cofondateur du groupe Be Financial, qui a développé une banque numérique pour les Africains (Be Mobile) et une banque pour les cryptomonnaies (Be One).

Photo : Radio-Canada / Peter Turek

Un entrepreneur en série de Waterloo, en Ontario, a créé une plateforme numérique qui offre une gamme de services bancaires sans frais aux habitants d’une trentaine de pays africains.

Cédric Jeannot, 35 ans, a lancé Be Mobile en mai 2020, après des années de développement du produit. La banque utilise la technologie blockchain (chaîne de blocs) pour transférer des fonds en ligne, sans passer par un tiers.

Les clients peuvent ouvrir un compte, sans devoir y conserver un solde minimum, et effectuer des paiements gratuitement au pays. Ils doivent cependant payer des frais pour les comptes d'épargne et l'accès au crédit.

L’entreprise facture aussi des frais pour les envois de fonds à l’étranger. Ils restent de 25 % à 30 % moins élevés que ceux de ses principaux concurrents, selon M. Jeannot. Ces transferts ont explosé depuis son lancement, affirme le cofondateur.

On est passé de centaines de dollars à des milliers de dollars en quelques semaines — à huit millions de dollars par semaine, en moins de trois mois.

Une citation de :Cédric Jeannot, cofondateur du groupe Be Financial

L’entrepreneur, qui a grandi en Afrique, voulait s'attaquer à la sous-bancarisation de la population, un problème de longue date. Il estime que la crise sanitaire a contribué à la popularité de ses services bancaires en ligne.

La pandémie pour nous a été un accélérateur. Je pense que beaucoup de gens cherchaient des solutions numériques, sans contact, qui leur permettaient d'envoyer de l'argent sans se rendre dans un bureau de Western Union ou MoneyGram, dit-il.

Une application mobile affichant un transfert bancaire.

La banque numérique Be Mobile est accessible dans une trentaine de pays d'Afrique, permettant d'ouvrir un compte et d'effectuer des paiements locaux gratuitement.

Photo : Radio-Canada / Peter Turek

Rentable en moins d’un an

Cédric Jeannot affirme que l’entreprise a dû investir des millions de dollars afin de construire l’infrastructure de la plateforme, sans compter les coûts de conformité et les dépenses opérationnelles.

Construire une banque, c'est toujours très cher. Une banque numérique, c'est aussi cher, affirme-t-il. Mais dans le cas de Be Mobile, on est devenu rentable dès la première année, dès le 11e mois, ce qui est quelque chose d'exceptionnel.

Un homme tient une carte de crédit et un téléphone intelligent.

Lancée en mai 2020, la banque numérique Be Mobile est devenue rentable en moins d'un an, selon son cofondateur Cédric Jeannot.

Photo : Wayhome Studio

L’entrepreneur a mis à profit son doctorat en informatique et son expertise en cybersécurité. En 2010, il avait fondé APrivacy, une société qui fournit des outils pour protéger les communications et les données de clients et d’entreprises dans l’industrie des services financiers.

L’entreprise mère de Be Mobile, le groupe Be Financial, a connu cette croissance fulgurante avec une vingtaine d’employés seulement. Elle compte en embaucher 70 de plus dans la prochaine année pour percer dans de nouveaux marchés.

Be One, une adaptation pour les cryptomonnaies

La plateforme qui dessert le marché africain a maintenant une deuxième vocation : elle sert aussi de banque pour les cryptomonnaies, comme le bitcoin et l'ethereum.

L’application Be One permet aussi d’échanger des sommes en dollars canadiens ou américains, en euros ou en livres britanniques.

Une application mobile affichant un montant en bitcoin.

La banque numérique Be One permet de transférer des sommes en devises traditionnelles et en cryptomonnaies, telles que le bitcoin ou l'ethereum.

Photo : Radio-Canada / Peter Turek

En ce moment, c'est très compliqué d'avoir accès aux cryptomonnaies. Il faut plusieurs intermédiaires, ça coûte très cher, affirme M. Jeannot.

La plateforme bancaire a été victime de son succès après cette refonte.

Ça a tellement grossi qu'on a dû arrêter les nouveaux comptes pour augmenter notre infrastructure technologique pour soutenir le nombre d'utilisateurs et le gros montant de volumes.

Une citation de :Cédric Jeannot, cofondateur du groupe Be Financial

Be One compte actuellement une liste d'attente de plusieurs dizaines de milliers de personnes qui souhaitent s’inscrire à la banque numérique.

Le cofondateur dit d’ailleurs avoir conclu trois partenariats avec de grands noms de la finance décentralisée, un mouvement grandissant qui propose des services financiers sans intermédiaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !