•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 38e Festival en chanson de Petite-Vallée prend son envol

Marie-Pierre Arthur joue sur scène avec ses musiciens.

Marie-Pierre Arthur a performé sur la scène du Chapiteau Québecor de Grande-Vallée vendredi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada

Le 38e Festival en chanson de Petite-Vallée est officiellement lancé en Gaspésie avec une programmation en trois actes qui se déroulera jusqu'au 10 juillet.

Ça fait du bien de revivre cette énergie-là après deux ans sans avoir tenu de festival, c'est vraiment très, très agréable ce qu'on vit en ce moment, lance le directeur artistique adjoint du festival, Marc-Antoine Dufresne, en entrevue à l'émission Bon pied, bonne heure.

Il faut dire que, cette année, on a entre sept et huit spectacles par jour sur huit scènes, et l'horaire est bien, bien, bien chargé. Cette fin de semaine, particulièrement, on a de la belle relève qu'on met de l'avant, mais également des artistes un peu plus établis, poursuit-il.

Marc-Antoine Dufresne en entrevue devant un bâtiment du camp Chanson de Petite-Vallée.

Le directeur des communications du Festival en chanson de Petite-Vallée, Marc-Antoine Dufresne

Photo : Radio-Canada

Cette année, les performances sont divisées en trois grandes marées, celle du grand héron, du coyote et du loup, dirigées respectivement par Klô Pelgag, Tire le Coyote et Louis-Jean Cormier.

C'est la Gaspésienne Klô Pelgag qui ouvre le bal jusqu'au 4 juillet avec une marée entièrement féminine.

Elle recevra notamment Safia Nolin et Marie-Pierre Arthur en plus des choristes qui l'accompagnaient lors de son spectacle spectral, Lysandre, N Nao et Laurence-Anne.

Cette première grande marée se terminera dimanche soir avec un spectacle des Sœurs Boulay.

Stéphanie et Mélanie Boulay, à l'extérieur, à l'aube ou au crépuscule. Le ciel derrière elles est bleu et nuageux. Stéphanie regarde l'objectif, alors que Mélanie regarde devant elle, au sol.

La première grande marée, celle du grand héron, se terminera le 4 juillet avec une performance des Sœurs Boulay. Le spectacle affiche déjà complet (archives).

Photo : Caraz

Si certains spectacles affichent déjà complet, plusieurs billets sont encore disponibles. M. Dufresne assure également qu'il est toujours possible de trouver de l'hébergement dans les environs.

À ce qu'on nous dit, il resterait quelques chambres à certains endroits, il y a des trucs qui se libèrent à la dernière minute aussi. Il y a le Camping de la falaise à Petite-Vallée, il y a le Camping au soleil couchant à Grande-Vallée qui ouvre un grand terrain de débordement où il est possible de piquer sa tente ou d'installer sa caravane, précise-t-il.

Le défi de la pandémie

Certains sacrifices ont dû être faits pour l’organisation du festival.

La salle du Chapiteau de la Vieille Forge, qui peut normalement contenir 500 personnes, ne compte désormais que 170 places.

Un test de son dans la salle du chapiteau.

Le Chapiteau de la Vieille Forge n'accueille pas la moitié des spectateurs qu'à l'habitude en raison de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Les contraintes de la santé publique feront chuter la présence des 16 000 visiteurs attendus normalement. On en attend plutôt la moitié.

Ça a été de beaux défis, mais pour nous l’important, c’est d’offrir du beau aux gens après cette crise-là , indique le chef des opérations du Festival en chanson, Sylvain Massé.

Sylvain Massé, assis sur une scène extérieure, devant le littoral.

Sylvain Massé se trouve sur une scène extérieure aménagée spécialement en raison de la pandémie, à Petite-Vallée.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Des festivaliers rencontrés sur place constatent d’ailleurs la rigueur des organisateurs dans le maintien et le respect des mesures sanitaires.

Même en dedans, c’est distancié. On sent que l’organisation prend ça au sérieux , soutient Anne Godbout, une visiteuse montréalaise.

Avec les informations de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !