•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manque de véhicules en raison de la pénurie de puces électroniques

Des puces électroniques sur un circuit imprimé.

Une pénurie de puces électroniques entraîne une baisse des véhicules neufs chez les concessionnaires d'automobiles (archives).

Photo : Getty Images / Justin Sullivan

François Vigneault

Au Nouveau-Brunswick, comme ailleurs au pays, les voitures et surtout les camionnettes se font plus rares depuis plusieurs mois dans les stationnements des concessionnaires d'automobiles.

La fermeture d'usines de construction de véhicules durant quelques semaines au début de la pandémie a joué un rôle sur la baisse des stocks. Mais il y a plus.

L'augmentation vertigineuse des ventes d'appareils électroniques un peu partout sur la planète a provoqué une pénurie de semi-conducteurs.

Ces puces électroniques sont omniprésentes dans la construction des véhicules neufs, comme le fait remarquer Robin Violette, directeur des opérations chez Violette Motors, concessionnaire Ford à Edmundston, dans le nord-ouest de la province.

C'est beaucoup de computers qui se mettent ensemble puis qui font en sorte que le véhicule, le fonctionnement se fasse bien, explique Robin Violette.

Robin Violette devant quelques camionnettes neuves.

Robin Violette, directeur des opérations du concessionnaire Ford, Violette Motors ltée, à Edmundston

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Comme bien d'autres, ce concessionnaire a moins de véhicules à vendre que d'habitude en raison du retard de construction causé par la pénurie de puces électroniques. Il attend de 75 à 100 véhicules qui sont déjà vendus.

Tous les véhicules qui arrivent sur les transports sont pratiquement tous vendus.

Une citation de :Robin Violette, Violette Motors ltée, à Edmundston

Chez Bathurst Toyota, dans le nord-est de la province, une quarantaine de clients attendent aussi leur nouvel achat.

Ce camion-ci, c'en est un qu'on a commandé pour un client un peu plus de trois mois passés, qui est rentré cette semaine, indique le directeur général, Paul Breau.

Paul Breau interviewé près de certains véhicules neufs.

Paul Breau, directeur général chez le concessionnaire Bathurst Toyota

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Et à cet endroit aussi, les délais de livraison sont prolongés, particulièrement pour certains modèles de camionnettes qui gagnent en popularité.

Surtout dans le cas d'un Tundra, on est plus à 12 ou 16 semaines aujourd'hui que 10 semaines. Le Tacoma est un peu moins affecté, mais dans le cas d'un Tundra, c'est là que c'est définitivement plus affecté, constate Paul Breau.

La demande de camionnettes d'occasion augmente

Autre effet de la pénurie, le manque de camionnettes neuves pousse le prix de ces véhicules de seconde main à la hausse.

Le camion usagé, la demande est folle. Le prix des véhicules usagés, surtout les camions, c'est même pas réaliste présentement, selon Paul Breau.

Deux camionnettes neuves.

Les camionnettes sont bien souvent déjà vendues lorsqu'elles arrivent dans la cour des concessionnaires d'automobiles.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Même si les conséquences économiques de la pandémie commencent à s'atténuer, les consommateurs en quête d'une camionnette neuve devront sans doute continuer à faire preuve de patience, le temps que les usines de fabrication de puces électroniques parviennent à reprendre le dessus par rapport aux commandes.

Je ne m'attends pas à avoir un inventaire normal avant l'hiver prochain, peut-être même le printemps prochain, déclare le directeur général de Bathurst Toyota.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !