•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le parc aquatique Calypso glisse vers la réouverture

Un panneau indiquant de garder une distance de deux mètres à l'entrée d'un parc aquatique.

Le parc Calypso a rouvert ses portes, jeudi 1er juillet.

Photo : Radio-Canada / Frederic Pepin

Radio-Canada

Après une saison annulée en 2020, pandémie oblige, les glissades d’eau du parc aquatique Calypso reprennent du service, jeudi.

Depuis 10 h, le groupe Calypso-Valcartier plonge vers la saison 2021 avec enthousiasme.

On est bien contents après deux ans presque de fermeture, s’exclame Sandra Nadeau, directrice principale des communications. L’été dernier, on a essayé très fort d’ouvrir jusqu’à la dernière minute, mais malheureusement la situation de la pandémie nous a empêchés d’ouvrir.

Mais cette réouverture ne se fait pas sans changement. Les visiteurs doivent réserver leurs billets qui sont disponibles en quantité limitée.

On a installé ça au courant de la dernière année, avec même des heures d’arrivée pour être en mesure d’étendre un peu l’achalandage au niveau de l’arrivée pour créer le moins de personnes au même endroit possible, explique-t-elle en entrevue à ICI Ottawa-Gatineau.

Des billets étaient toujours disponibles pour les journées de jeudi et de vendredi, au moment d’écrire ces lignes. C’est sûr qu’on va avoir des journées qu’on va afficher complet, et c’est ce qu’on souhaite, pour nous, pour la rentabilité de l’entreprise.

S’adapter à la pandémie

Si le parc Calypso était fermé l’an dernier, celui de Valcartier, dans la grande région de Québec, était ouvert, ce qui a permis aux propriétaires d’expérimenter de nouvelles façons de faire, adaptées à la pandémie.

Dans son parc de Limoges dans l'est-ontarien, le groupe Calypso-Valcartier opère, pour le moment, à 25 % de sa capacité. Il faut qu’on ait des journées complètes pour que ça vaille la peine d’avoir ouvert cet été, lance Mme Nadeau.

Un mal pour un bien : les visiteurs n’auront pas à attendre de longues files d’attente pour profiter des attractions.

Des personnes attendent en file devant l'entrée d'un parc aquatique.

Après une saison annulée en 2020, les glissades d’eau du parc aquatique Calypso reprennent du service, jeudi.

Photo : Radio-Canada / Frederic Pepin

Entre les glissades, les jeux d’eau et la piscine à vague, des affiches, des marqueurs et des messages audio rappellent aux visiteurs les mesures sanitaires à respecter.

Au niveau, par exemple, de notre attraction comme la piscine à vague, on a installé un système de drapeaux de couleurs, indique Mme Nadeau. Les sauveteurs font un décompte approximatif du nombre de personnes et quand on juge que la distanciation est moins bien respectée, on lève un drapeau de couleur en demandant aux gens de changer d’attraction et de revenir quand il y aura moins de monde.

Le port du masque est obligatoire dans les lieux intérieurs et lorsque la distanciation physique de deux mètres n’est pas respectée. Cependant, il est interdit de porter le masque dans les attractions.

C’est une responsabilité qui est partagée, entre nous, les opérateurs du parc, et les clients, souligne Mme  Nadeau, qui compte sur 500 employés pour assurer les activités du parc.

Pour l’heure, des postes sont toujours à combler. On a à peu près 25 % de taux de retour d’anciens employés versus un 50 % habituellement. […] On est toujours à la recherche.

La fin de la saison 2021 du parc aquatique Calypso est prévue le 6 septembre.

Des impacts économiques positifs pour l'est ontarien

La réouverture du parc aquatique Calypso a de quoi réjouir tout l'est ontarien.

Ça a fait mal, l'année passée, parce qu'on n'avait pas de trafic du tout chez nous et le long de tous nos villages avoisinants. Cette année, ça s'annonce très bien, s'est réjoui le maire de La Nation, François St-Amour, au micro de l'émission Les matins d'ici.

Le maire sourit devant la caméra.

Le maire de La Nation, François St-Amour (archives)

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Le parc représente un moteur économique important pour la région puisqu'il y attire de nombreux visiteurs.

Des projets de développement, comme des campings et des habitations, ont été mis sur pause l'an dernier, a confié M. St-Amour. Mais avec la reprise des activités, ce dernier s'est dit convaincu de voir les projets reprendre.

Dix ans après l'ouverture du parc Calypso, le maire croit que celui-ci a permis de mettre Limoges sur la map.

Ça a fait venir du monde aux alentours et on a vu une grosse demande de résidences qui va démarrer chez nous, a-t-il souligné. Le monde a reconnu la région et ils aiment ça, surtout le monde du Québec, qui voit que c'est une région bilingue.

Bon pour le moral

Du côté des autorités de santé publique, la réouverture du parc aquatique est également une satisfaction.

L’année dernière, nous étions prêts aussi. [Calypso] a un protocole que nous avions approuvé, l’année passée, mais malheureusement, le gouvernement n’a pas voulu ouvrir les parcs aquatiques en Ontario, même s’ils étaient ouverts au Québec. Mais cette année, la situation est différente, se réjouit le Dr Paul Roumeliotis, médecin-hygiéniste du Bureau de santé de l'est de l'Ontario (BSEO).

L’année dernière, les parcs aquatiques étaient ouverts au Québec, et il n’y a pas eu de problèmes sans vaccin.

Une citation de :Dr Paul Roumeliotis, médecin-hygiéniste du Bureau de santé de l'est de l'Ontario

Avec son équipe, il est venu sur place, la semaine dernière, vérifier que toutes les procédures étaient en place.

Celles-ci, combinées au ralentissement du taux de transmission et à la croissance de la vaccination dans la région, rendent la réouverture sécuritaire, assure le Dr Roumeliotis, qui note aussi son impact sur le moral des gens.

Je pense que pour la population, c’est une bonne chose d’ouvrir les loisirs comme ça, parce que les gens étaient très découragés, pas seulement pour Calypso. On était en lockdown depuis novembre. Donc, je pense que de façon psychologique, c’est bon pour les gens de voir qu’on commence à recommencer la vie normale, note-t-il.

S'il demande à tous les visiteurs de bien respecter les mesures sanitaires en place, le Dr Roumeliotis insiste également que les activités extérieures présentent moins de risque.

Mais pour envisager de voir encore davantage d'activités possibles, il rappelle aussi l'importance de la vaccination. L'est ontarien recevra de nombreuses doses de vaccin dans les prochaines semaines et le Dr Roumeliotis espère atteindre un taux de vaccination complet de 65 % d'ici fin juillet pour les personnes admissibles.

C'est la clé pour voir beaucoup plus d’activités ouvrir au mois d’août et septembre et pour avoir une bonne rentrée et des activités d’automne et d’hiver, dit-il.

Avec les informations de Frédéric Pepin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !