•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente de principe entre la CSQ et Québec

Des manifestants et une affiche sur laquelle on peut lire "faut que ça change maintenant".

Manifestation de membres de la CSQ

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) a annoncé mercredi la conclusion d’une proposition de règlement global avec le Conseil du Trésor.

Cette proposition comprend notamment la rémunération, les régimes de retraite et les disparités régionales.

La CSQ représente 206 000 membres, dont 125 000 font partie du personnel de l’éducation.

Dans son communiqué, la CSQ précise que la proposition sera soumise à l’approbation de ses membres d’ici septembre et prévoit une augmentation salariale générale de 6 % sur 3 ans.

La centrale syndicale souligne que le projet de règlement du gouvernement respecte la demande de la CSQ déposée en mai 2020.

Par ailleurs, cette proposition s’ajoute aux propositions spécifiques (dites sectorielles) obtenues récemment par les différentes fédérations de la centrale syndicale.

S’agissant des négociations pour le personnel des commissions scolaires crie et Kativik, la CSQ précise que les négociations se poursuivront au regard de la spécificité des enjeux touchant ces tables de négociation.

L'entente globale coïncide avec l’arrivée du nouveau président de la CSQ, Éric Gingras, qui remplace Sonia Éthier.

Le SPGQ entérine une entente de principe à 92 %

Pour leur part, les professionnels à l'emploi de la fonction publique ont approuvé à 92 % l'entente de principe que leur syndicat, le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), avait conclue avec le gouvernement du Québec.

L’entente de principe, qui a été conclue le 7 juin dernier, prévoit notamment des augmentations de salaire de 2 % par an en 2020-2021, en 2021-2022 et en 2022-2023.

Le SPGQ représente des analystes en procédés informatiques, des biologistes, des chimistes, des arpenteurs-géomètres, par exemple.

Environ 21 000 membres du SPGQ sont concernés, soit ceux qui sont classés dans l'unité fonction publique.

Pour la première fois, nous avons également réussi à faire inscrire le mot télétravail dans la convention collective. Nous souhaitons que cette avancée soit un tremplin vers une véritable politique de télétravail négociée pour nos membres, a souligné la présidente du SPGQ, Line Lamarre.

Avant les membres du SPGQ, ceux de la FTQ dans le secteur public ont entériné leur propre entente à 94 % et ceux de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE) à 88 %.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !