•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quel avenir pour la Résidence Prescott et Russell?

Un panneau indiquant Résidence Prescott et Russell avec au loin un édifice.

Les maires des CUPR devront bientôt se pencher sur l’avenir de la bâtisse qui abrite la Résidence Prescott et Russell.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

En 2024, l’établissement de soins de longue durée des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) aura un nouveau toit. Qu’adviendra-t-il alors de la bâtisse actuelle qui abrite la Résidence Prescott et Russell à Hawkesbury ?

Évoquant un horizon pas si lointain, le directeur général des CUPR, Stéphane Parisien, estime que les maires de la région devront bientôt commencer à se pencher sur la question.

D’entrée de jeu, celui-ci écarte pour l’instant la possibilité que les CUPR veuillent continuer à occuper la bâtisse, une fois que le déménagement vers la nouvelle résidence sera complété.

D’une part, le gouvernement régional a déjà engagé des montants substantiels dans la construction de sa nouvelle résidence de soins de longue durée et le projet de réaménagement du Centre Roger-Séguin, à Clarence Creek, c’est-à-dire respectivement 90 millions de dollars et 12,5 millions de dollars.

Un chantier de construction.

Le site de la future résidence de soins de longue durée des CUPR.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

D’autre part, la pandémie de COVID-19 a permis à l’administration de réévaluer ses besoins en matière d’espaces de bureau.

On sait maintenant qu’avec le télétravail, les gens sont capables de travailler à la maison. Cela a fonctionné. Ça a été une réussite. Nous, on va se diriger vers une combinaison hybride [de télétravail et de travail en présentiel]. [...] On va avoir besoin de moins d’espaces de bureau. Donc, en tant qu’administrateur, ma première option serait de vendre l’édifice, indique le directeur général des CUPR.

Autre facteur non négligeable : l’investissement nécessaire pour remettre à niveau l'immeuble construit dans les années 1960 pèsera lourd dans la balance pour tout acheteur potentiel.

On parle d’un édifice qui a presque 85 000 pieds carrés [7900 m²], trois étages avec un sous-sol. On parle d'environ 120 pièces. Il y a du travail à faire là-dedans, tient à rappeler Stéphane Parisien.

Un emplacement de premier choix

Mais la propriété située tout près de l'Hôpital général de Hawkesbury constitue un emplacement de premier choix et fera assurément l’objet de convoitise, si les Comtés unis décident de s’en départir.

La mairesse de Hawkesbury, Paula Assaly, affiche déjà ses couleurs.

La Ville, dit-elle, sera à l’écoute dans le cas d’une mise en vente de la bâtisse.

Mme Assaly mentionne notamment la possibilité de créer des unités locatives abordables.

Dans à peu près deux ans, oui, il va falloir que cet édifice-là ait une nouvelle vocation. Donc, il y a cette possibilité-là, indique Paula Assaly.

L’Hôpital général de Hawkesbury est aussi mentionné lorsqu’il est question de l’avenir de l’immeuble.

Il a toutefois été indiqué à ICI Ottawa-Gatineau que l’établissement hospitalier, qui est sur le point d’avoir complété un projet de réaménagement de 160 millions de dollars, [n’aura] pas besoin d’espaces [avant] plusieurs années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !