•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La démolition du pensionnat pour Autochtones de Lower Post a commencé

Le pensionnat pour autochtones de Lower Post en voie de déconstruction.

Le pensionnat pour autochtones de Lower Post devait être démoli le 21 juin, mais l'événement a été reporté au mercredi 30 juin. Cela fait des décennies que les survivants et membres de la communauté attendent ce moment.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Radio-Canada

Mercredi, le pensionnat pour Autochtones de Lower Post, en Colombie-Britannique, a commencé à être démoli lors d’une cérémonie symbolique à laquelle des survivants, des membres de la communauté, mais aussi des officiels des différents gouvernements ont assisté.

Cela fait 46 ans jour pour jour que le pensionnat pour Autochtones de la communauté de Lower a fermé ses portes et autant d'années que les survivants et résidents attendent sa destruction.

Mercredi, le bâtiment a enfin commencé à disparaître. Les survivants qui le souhaitaient pouvaient détacher des morceaux du bâtiment pour écrire des messages, et ensuite les jeter dans un feu sacré cérémoniel.

Pour Harlan Schilling, le chef adjoint du Conseil Daylu Dena, qui siège dans la communauté de Lower Post, c’est une victoire des aînés qui ont lutté longtemps à cette fin.

Ils ont tenu bon pendant toutes ces années et n'ont pas laissé le système et le pensionnat les briser, dit-il, ils ont continué à plaider pour que cela se produise et aujourd'hui, c'est leur jour.

Mercredi, des leaders du Conseil Daylu Dena, de la Première Nation Liard et des représentants des gouvernements du Yukon, de la Colombie-Britannique et d’Ottawa se sont exprimés pendant l’évènement, qui a aussi inclus une bénédiction du sol.

Le chef adjoint du Conseil Daylu Dena, Harlan Schilling, dans un bâtiment en travaux.

Le chef adjoint du Conseil Daylu Dena, Harlan Schilling, se tient dans le bâtiment de ce qui a été le pensionnat pour Autochtones de Lower Post, en opération entre 1951 et 1975. (archives)

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Financé par le gouvernement fédéral et opéré par l’Église catholique romaine, le pensionnat pour Autochtones de Lower Post a exercé son mandat de 1951 à 1975. Des enfants des communautés autochtones du nord de la Colombie-Britannique et du Yukon y ont été envoyés.

Dans les années qui ont suivi, le bâtiment servait de toit aux bureaux administratifs du Conseil Daylu Dena et au bureau de poste.

La survivante Kathie Dickie, qui a été envoyée au pensionnat, pense que démolir le bâtiment ne suffira pas à lui enlever un poids sur les épaules. Il ne s’agit pas que de ce qui s’est passé dans le bâtiment, mais aussi de ce qui s’est passé à l’extérieur, dans les champs, dans la ferme.

Mary Caesar, artiste et aînée Kaska (Première Nation Liard), elle aussi une survivante du pensionnat, avait affirmé en amont de l’événement être, pour sa part être très anxieuse à l’idée de retourner sur le lieu pour la démolition. Le pensionnat de Lower Post était dirigé par des prêtres des nonnes et des superviseurs vraiment sadiques, dit-elle. C’était des monstres.

Mme Caesar s’attendait à beaucoup d’émotions pendant la journée et espérait entendre des témoignages d’autres survivants.

Mary Caesar pose au milieu de ses peintures.

Mary Caesar a réalisé plusieurs oeuvres inspirées du temps où elle a été scolarisée dans le pensionnat de Lower Post.

Photo : Philippe Morin / CBC

La démolition initiale devait avoir lieu le 21 juin dernier, mais a été repoussée après la découverte de restes sur un chantier de construction, qui se sont avérés être d'origine animale .

Si l’idée initiale était de faire brûler le bâtiment en entier, il semblerait que celui-ci reste finalement sur pied pendant encore un temps.

Pour la suite des choses, la communauté souhaite construire un Centre culturel à usage multiple. Cela sera un endroit pour guérir, célébrer et un lieu de force communautaire pour le futur de notre Nation, peut-on lire dans un communiqué conjoint du Conseil Daylu Dena et de la Première Nation Liard.

Harlan Schilling espère lui que ce lieu pourra être un espace ouvert à tous.

  • Ligne bilingue d'appui pour les survivants des pensionnats autochtones: 1-866-925-4419

Avec des informations de Vincent Bonnay, Leonard Linklater, Elyn Jones, Jane Sponagle et Andrew Kurjata

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !