•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Dre Reimer rappelle aux femmes enceintes l’importance du vaccin pour elles et leur bébé

Une femme enceinte reçoit un vaccin.

Des études montrent que les femmes enceintes sont entre quatre et onze fois plus susceptibles d’être hospitalisées qu’une personne du même âge qui n’est pas enceinte, si elles contractent la COVID-19, rappelle la Dre Reimer.

Photo : getty images/istockphoto / Marina Demidiuk

La Dre Joss Reimer, qui travaille en santé reproductive et sexuelle dans une clinique, en plus de ses tâches de médecin hygiéniste, a tenu à répondre à certaines préoccupations du public concernant le lien entre la vaccination et la santé reproductive des femmes, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, mercredi.

Elle a indiqué que ses patientes soulèvent fréquemment des questions concernant des effets possibles du vaccin contre la COVID-19 sur la grossesse, l’allaitement et la menstruation.

Des études, dit-elle, montrent que les femmes enceintes sont entre quatre et onze fois plus susceptibles d’être hospitalisées qu’une personne du même âge qui n’est pas enceinte, si elles contractent la COVID-19.

Si vous êtes enceintes, vous êtes plus à risque de subir des conséquences graves de la COVID-19, alors la vaccination devrait être une priorité, a-t-elle déclaré. Les faits scientifiques montrent que les vaccins à ARN messager sont sans danger pour les personnes qui sont enceintes ou qui allaitent, a ajouté la Dre Reimer.

Protection pour l’enfant à naître

Elle a noté que les anticorps produits en réaction au vaccin peuvent traverser le placenta, et donc offrir une certaine protection contre la maladie pour le bébé. Les anticorps peuvent aussi se trouver dans le lait maternel au moins pendant six semaines après la vaccination.

La consommation de lait maternel peut potentiellement aider à protéger un enfant, a affirmé Joss Reimer, qui ajoutant que les premiers mois de la vie sont parmi les moments où une personne est le plus à risque d’avoir des problèmes de santé.

Joss Reimer est photographiée à l'extérieur du Cemtre des sciences de la santé. Elle regarde la caméra en souriant légèrement.

Dre Joss Reimer, médecin en chef du ministère de la Santé et des Aînés, travaille aussi en santé reproductive et sexuelle.

Photo : Radio-Canada / Marina von Stackelberg

La protection temporaire offerte au nouveau-né par des anticorps qui traversent le placenta ou qui se trouvent dans le lait maternel permet à l’enfant d’être protégé au moins jusqu’à ce que son système immunitaire soit plus efficace pour résister à une potentielle infection de COVID-19.

Le vaccin contre la COVID-19 n’a aucun impact sur la fécondité et il est entièrement sécuritaire de tenter de devenir enceinte après la vaccination, a poursuivi Joss Reimer.

Elle a relevé que plusieurs personnes rapportent des changements à leur cycle menstruel après avoir reçu le vaccin. L’effet de la vaccination sur le cycle menstruel n’a pas fait l’objet de beaucoup de recherches, a dit la Dre Reimer.

L’endomètre, le tissu qui recouvre l’intérieur de l’utérus, contient des cellules immunitaires. Il y a ainsi une possibilité théorique, mais improbable, que le vaccin puisse avoir un effet sur le cycle menstruel, a indiqué la médecin.

Cependant, elle a souligné des symptômes tels que des saignements très abondants auraient été signalés à la province dans le cadre de son système de surveillance des effets secondaires des vaccins.

Ainsi, la médecin croit que la plupart des témoignages provenant de personnes vaccinées ayant eu des changements dans leur cycle menstruel sont anecdotiques et relèvent du hasard plutôt que de l’effet du vaccin. Des règles irrégulières sont extrêmement fréquentes, a fait valoir Joss Reimer.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !