•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un retour à la compétition qui fera du bien pour Project Dialed In

L'équipe de vélo de montagne vise de plus hauts sommets.

Des vélos se suivent sur une butte.

Les membres de Project Dialed In lors d'un entraînement en juin dernier.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Bernier

François Le Blanc

L'équipe de vélo de montagne Project Dialed In (PDI) participera à sa première compétition le 10 juillet prochain à Saint-Félicien, au Québec. On pourrait ajouter « enfin » à cette dernière phrase. C'est à ce point que les jeunes ont hâte de reprendre les courses.

Ça fait longtemps que je suis dans cette équipe, explique Samuel Beaupré, de Dieppe, et on veut faire des courses!

Le jeune homme entreprend sa troisième saison avec PDI. L'an dernier, les restrictions sanitaires ont forcé l'annulation des compétitions. Lui et ses coéquipiers ont seulement pu s'entraîner, souvent seuls, dans leur coin de pays. Ils viennent majoritairement du Nouveau-Brunswick, mais l'équipe comprend aussi un Néo-Écossais.

Des garçons et des filles sont sur leur vélo de montagne, en attente.

Les membres de Project Dialed In prennent une petite pause avant de reprendre leur entraînement à Dieppe.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Bernier

Luc Arseneau, propriétaire et entraîneur de PDI, a profité de l'allègement des mesures pour tenir un camp d'entraînement avec ses athlètes au parc Rotary Saint-Anselme, à Dieppe, le week-end du 18 juin.

C'était la première depuis un an qu'ils étaient réunis dans un même lieu. Au menu, entraînement, révision technique et, surtout, renouer avec les coéquipiers.

Luc Arseneau, en entrevue.

Luc Arseneau se passionne depuis longtemps pour le cyclisme. Il est organisateur en chef de la coupe Canada à Dieppe et il est aussi entraîneur de vélo de montagne, entre autres, avec l'équipe Project Dialed In. Il a aussi été entraîneur au sein de l'équipe nationale.

Photo : Radio-Canada / Gilles Landry

Je pense que ça fait surtout du bien au moral!, lance Luc Arseneau.

Antoine Lacombe, d'Edmundston, avait hâte de s'enfoncer dans la forêt du parc Saint-Anselme.

Pour avoir du plaisir et ça fait dépenser mon énergie aux bonnes places, dit-il.

Sentier avec une butte de terre qui crée un virage.

Une des pistes du parc de vélo de montagne à Dieppe.

Photo : Luc Arseneau / Directeur sportif

Luc Arseneau a dû faire preuve d'ingéniosité pour garder la motivation des troupes.

Tout le calendrier de la coupe Canada a été annulé l'an dernier. Notre objectif, pour ces jeunes-là, c'est de les amener à cette prochaine étape-là. Donc, ç'a été vraiment de les préparer et de les garder motiver, parce que je pense qu'ils ont été des exemples pour tous. Ils ont vraiment travaillé fort durant l'hiver, virtuellement, dans leur sous-sol.

Une citation de :Luc Arseneau, propriétaire et entraîneur de PDI

Car, sur papier, l'entraînement en solitaire paraît suffisant. Mais, pour des athlètes de haut niveau, il faut faire beaucoup plus.

Bien que le vélo de montagne ait l'air d'un sport individuel, c'est aussi un sport d'équipe. Il y a la préparation, l'entraide et la motivation.

Vélo sur une piste, au travers d'une forêt.

Les membres de Project Dialed In ont profité des pistes fraîchement rénovées au parc Rotary Saint-Anselme de Dieppe.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Bernier

Ç'a été une année comme vraiment difficile, l'année passée, explique Émilie-Chloé McIntyre, de Dieppe. Quand on est en équipe, ça t'encourage et on partage.

Rémi Levesque, d'Edmundston, ajoute que ce sera difficile de connaître le niveau des autres coureurs pour les premières compétitions.

Avec le manque de course en début de saison, ça m'a fait un pincement au coeur, mentionne-t-il. À part de ça, j'ai gardé ma tête basse, je me suis entraîné de mon côté et je n’ai pas trop regardé nécessairement ce que les autres athlètes faisaient, pour garder ma concentration.

Gagner en importance

PDI s'est donné la mission de former l'élite du vélo de montagne en Atlantique. Les clubs régionaux font du bon travail pour développer la base tandis que l'équipe menée par Luc Arseneau prend le relais pour passer à la vitesse supérieure.

Trois jeunes habillés identiquement sur leur vélo de montagne.

Des membres de l'équipe Project Dialed In, une équipe lancée en 2019.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

Il en avait recruté quatre à ses débuts en 2019. Maintenant, ils sont 11, dont un Mexicain, qui pourra se joindre au groupe dès l'ouverture des frontières.

Le club est reconnu par Cyclisme Canada pour le développement en tant que Groupe sportif officiel.

Ève Michaud, d'Edmundston, est l'une des recrues de l'équipe.

C'est sûr que c'est plus motivant. C'est une grosse équipe, donc, c'est le fun d'être là-dedans, dit-elle. J'ai hâte de voir ce que ça donne, là. Ça fait tout l'hiver qu'on s'entraîne, j'ai hâte de voir.

Après deux ans, le travail commence à porter ses fruits. Anthony Arseneau, de Dieppe, a passé quatre mois au Mexique, pour s'entraîner et participer à des courses. Deux fois, il a grimpé sur le podium.

C'était une belle expérience. J'ai appris beaucoup là-bas. Les gars sont forts. Mais, ce que j'ai remarqué, c'est qu'ils n'ont pas autant de bonnes capacités dans les sections techniques, explique-t-il.

À l'aube de la prochaine saison de compétition, ils espèrent que tout se déroulera normalement pour profiter pleinement de leur passion. Ils veulent mesurer leur progression, pour voir si les heures consacrées au vélo depuis un an en valaient la peine en ces temps pas faciles de pandémie et de restrictions sanitaires.

Développer de bons athlètes est un travail de longue haleine. Mais, l'avenir semble prometteur pour le vélo de montagne dans la région en voyant ces jeunes sur les pistes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !