•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'église Marie-Immaculée de Sept-Îles vandalisée

Des graffitis sur la porte de l'église Marie-Immaculée de Sept-Îles.

Des graffitis ont été découverts sur l'entrée principale de l'église Marie-Immaculée de Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Felix Lebel

Alice Proulx

Des graffitis évoquant les 751 tombes anonymes découvertes sur le site d'un ancien pensionnat autochtone en Saskatchewan ont été faits mercredi sur l'entrée principale de l'Église Marie-Immaculée de Sept-Îles.

Le conseil de la fabrique de l'église se désole de l'événement et indique qu'une plainte a été déposée auprès de la Sûreté du Québec.

Ce qu'on constate, c'est qu'il y a une référence très claire à des événements malheureux qui se sont passés et qui ont fait la manchette dernièrement en Colombie-Britannique et en Saskatchewan, précise le président du conseil de fabrique de la paroisse Marie-Immaculée, Donald Bherer.

Selon M. Bherer, rien ne justifie une telle hargne envers l'église locale puisque, d'après lui, les relations avec la communauté innue sont historiquement excellentes.

« De là à transporter ce qui s’est fait là-bas, qui est malheureux, ici, sous cette forme, je pense que ça manque de civisme clairement et de courage aussi. Si on a des opinions à exprimer, il faut pouvoir le faire de façon ouverte et en débattre éventuellement. »

— Une citation de  Donald Bherer, président du conseil de fabrique, paroisse Marie-Immaculée
Donald Bherer, président du conseil de fabrique de la paroisse Marie-Immaculée, devant l'église.

Donald Bherer, président du conseil de fabrique de la paroisse Marie-Immaculée.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Il soutient cependant que les graffitis qui touchent l'église ne proviennent peut-être pas de la communauté innue.

Les graffitis sont en anglais. Ce n’est pas la langue d'usage des Innus, donc ça ressemble à quelque chose qui est un peu téléguidé de l’extérieur, lance le président du conseil de fabrique.

Le ou les responsables de cet acte de vandalisme sont toujours recherchés.

Avec les informations de Felix Lebel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !