•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Trump Organization et son directeur financier inculpés pour des délits fiscaux

Un gratte-ciel vitré.

Le siège social de la Trump Organization est situé au centre-ville de New York.

Photo : Associated Press / John Minchillo

Radio-Canada

Un grand jury de New York a inculpé l'entreprise familiale de l'ex-président Trump, la Trump Organization, ainsi que son directeur financier, Allen Weisselberg, dans le cadre d'une enquête fiscale sur les avantages sociaux accordés par l'entreprise, ont rapporté mercredi plusieurs médias américains, citant des sources proches du dossier.

Selon ces médias, dont le Wall Street Journal, qui a le premier rapporté la nouvelle, les procureurs du district de Manhattan lèveront formellement le scellé sur la mise en accusation jeudi, après la comparution de M. Weisselberg et des avocats de la société.

L'information a ensuite notamment été confirmée par le New York Times et CNN.

L'inculpation devrait porter sur des avantages et des cadeaux d'entreprise, présumément non déclarés au fisc.

L'équipe du procureur du district de Manhattan, Cyrus Vance, enquête depuis plus de deux ans sur l'entreprise immobilière, qui gère également des hôtels de luxe et des clubs de golf.

Les procureurs ont notamment examiné les primes et les avantages luxueux reçus au fil des ans par M. Weisselberg, fidèle collaborateur de Donald Trump, dont un appartement à Manhattan, des voitures Mercedes-Benz louées et les frais de scolarité d'une école privée pour au moins un de ses petits-enfants.

Des documents qui avaient déjà été déposés en cour précisaient que les cadeaux consentis à M. Weisselberg et à son fils Barry totalisaient des dizaines, voire des centaines de milliers de dollars.

Selon les médias américains, les procureurs ont porté leur attention sur Allen Weisselberg dans le but de l'amener à coopérer avec leur enquête.

L'homme de 73 ans a fait l'essentiel de sa carrière dans l'empire Trump, au sein duquel il est entré en 1973. Lorsque Donald Trump était arrivé à la Maison-Blanche en 2017, il avait été chargé de gérer la Trump Organization avec les deux fils du nouveau président, Eric et Donald fils.

Trump sauf, du moins pour le moment

L'ex-président républicain et les membres de sa famille ne devraient pas être inquiétés, du moins pour le moment.

Si elles sont confirmées, ces inculpations seraient toutefois un revers pour Donald Trump, qui a pu se sortir indemne de toutes les enquêtes criminelles et civiles lancées à son endroit pendant sa présidence.

Reprenant un thème qu'il a martelé pendant l'essentiel de son unique mandat, l'ancien locataire de la Maison-Blanche, désormais domicilié en Floride, a critiqué, lundi, la continuation de la plus grande chasse aux sorcières de tous les temps.

Celui qui laisse entendre qu'il pourrait briguer l'élection présidentielle de 2024 a aussi accusé les procureurs démocrates d'être prêts à tout pour entraver ses ambitions politiques, en allant jusqu'à commettre des fautes professionnelles.

Lancée en 2018, l'enquête de Cyrus Vance portait au départ sur les paiements effectués lors de la campagne présidentielle de 2016 à deux ex-maîtresses présumées de Donald Trump dans la foulée de révélations de l'ancien avocat personnel et ex-homme de confiance de l'ancien président, Michael Cohen. Ce dernier a d'ailleurs été condamné dans ce dossier.

L'enquête s'est ensuite élargie à de possibles fraudes bancaires et à l'assurance. Michael Cohen a déclaré devant le Congrès en 2019 que son ancien client surestimait son patrimoine financier lorsqu'il transigeait avec les banques, tout en le minimisant auprès du fisc.

En février dernier, le bureau de M. Vance a pu mettre la main sur les déclarations de revenus et d'autres documents financiers personnels et corporatifs de Donald Trump sur une période de huit ans, soit de 2011 à 2018, à l'issue d'une longue bataille judiciaire qui s'est terminée devant la Cour suprême.

Parallèlement, les pratiques commerciales de la Trump Organization font l'objet d'une autre enquête, menée par la procureure de l'État de New York, Letitia James. Celle-ci avait indiqué que l'enquête de nature civile avait désormais une composante criminelle.

Elle a précisé qu'elle avait conséquemment affecté deux avocats pour collaborer avec le bureau du procureur de Manhattan.

L'automne dernier, le New York Times avait révélé que Donald Trump a évité de payer des impôts fédéraux sur le revenu pendant 11 des 18 années examinées par le quotidien et n'avait payé que 750 $ en 2016 et 2017.

Contrairement à tous ses prédécesseurs depuis les années 1970, Donald Trump a toujours refusé de rendre ses déclarations de revenus publiques, alimentant ainsi les spéculations sur l'étendue de sa richesse ou sur de potentiels conflits d'intérêts, notamment avec d'autres pays.

Avec les informations de Wall Street Journal, New York Times, CNN, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !