•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Berri et Ontario, une intersection jugée dangereuse pour les cyclistes

Deux vélos à terre dans une intersection entourés de policiers.

La collision entre deux cyclistes survenue le 7 juin à l'intersection des rues Berri et Ontario a été mortelle.

Photo : Radio-Canada / Kolya Hubacek-Guilbault

Radio-Canada

Des résidents de l’arrondissement de Ville-Marie militent pour que l’intersection des rues Berri et Ontario devienne plus sécuritaire pour les cyclistes. Depuis 10 ans, 35 accidents de vélo avec blessés y ont été dénombrés par le Service de police de la Ville de Montréal, sans compter tous ceux qui n'ont pas nécessité l'intervention des policiers.

Le plus récent accident, une collision entre deux cyclistes survenue le 7 juin, a fait un mort. L’homme de 62 ans a succombé à des blessures à la tête le 23 juin à l’hôpital.

Une enquête du coroner aura d’ailleurs lieu pour éclaircir les circonstances de l’accident.

Même s'il s'agit là d'un premier accident mortel, d'autres cyclistes ont déjà été gravement blessés sur cette piste cyclable située à la fin d'une descente abrupte.

Des améliorations prévues, mais pas pour tout de suite

La Ville de Montréal soutient que des améliorations ont été apportées à l'intersection au fil des ans et que d'autres pourraient suivre, puisque la rue Berri est considérée comme un possible axe du REV, le Réseau express vélo, un projet de voie cyclable de 17 axes accessibles 12 mois par année répartis sur l’ensemble de l’île de Montréal.

À l'heure actuelle, le REV de la rue Saint-Denis se termine abruptement au niveau de la rue Roy. La rue Berri pourrait donc devenir la section sud de cet axe cycliste.

Or, ce projet ne pourra voir le jour qu'après d'importants travaux à la station de métro Berri-UQAM. Ces travaux, qui visent à refaire l'étanchéité de la station, nécessitent l’excavation de la rue Berri et du boulevard De Maisonneuve, et sont prévus jusqu’en 2025.

L'Association pour la mobilité active de Ville-Marie aimerait cependant que la Ville ne tarde pas trop à transformer la piste cyclable bidirectionnelle de la rue Berri en une piste unidirectionnelle.

Ce serait beaucoup plus sécuritaire pour tout le monde. À la fois pour les vélos, pour qu’on puisse faire des dépassements, à la fois pour qu’aux intersections les automobilistes sachent dans quel sens les vélos vont se déplacer, explique Simon Paquette, l’un des membres de l’association.

M. Paquette pense également que le fort achalandage à cette intersection appelle l’installation de feux de circulation destinés aux cyclistes. Depuis le début de l'année, le compteur installé sur la piste cyclable a dénombré 320 000 passages cyclistes, 3500 le jour de l'accident.

Il suggère aussi que des espaces réservés aux cyclistes soient aménagés au carrefour, entre la ligne d'arrêt des véhicules et le passage pour piétons.

Simon Paquette, membre de l'Association pour la mobilité active de Ville-Marie pose devant l'intersection des rues Berri et Ontario

Simon Paquette, membre de l'Association pour la mobilité active de Ville-Marie

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Les élus municipaux « préoccupés »

Interrogée à ce sujet au micro de l’émission Le 15-18, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, affirme que les élus municipaux sont préoccupés par la sécurité de l’intersection.

On regarde ça de près. On aimerait trouver une solution rapide avant quelque chose de plus permanent, dit-elle.

Mme Plante fait entre autres référence à une recommandation du récent Programme particulier d’urbanisme des Faubourgs de l'Office de consultations publiques de Montréal (OCPM) pour apaiser la circulation dans le secteur. Dans son récent rapport, l'OCPM recommandait d'interdire l'accès au pont Jacques-Cartier par la rue Ontario. Cette recommandation risquerait cependant de provoquer la grogne des automobilistes.

Entre autres choses, il faudrait que ce soit à sens unique sur Ontario. Mais vous comprendriez bien que ça prend un accompagnement pour prendre une décision pareille, parce que ça vient bouleverser les habitudes, dit-elle.

Avec les informations de René Saint-Louis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !