•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plan quinquennal de l’USB : vers une université plus engagée sur des questions sociales

Un panneau sur lequel il est écrit Université de Saint-Boniface devant l'édifice.

L’USB veut cultiver un environnement accueillant, sain et propice à l’épanouissement et la réconciliation, tout en célébrant la pluralité de la francophonie.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Radio-Canada

L’Université de Saint-Boniface a présenté mardi soir, lors de la rencontre annuelle du Bureau des gouverneurs, son plan stratégique quinquennal sur le thème « Une force de changement ». L’établissement postsecondaire souhaite, durant les cinq prochaines années, consolider les acquis et insuffler le changement.

La feuille de route du plan, articulée autour de quatre axes, présente également une mission et une vision actualisées, de même que cinq valeurs institutionnelles révisées qui influenceront et façonneront le plan d’action qui en découle, selon un communiqué de l'établissement.

D’ici 2026, l’USB a de grandes visées, notamment celle de continuer d’adapter ses programmes et ses formations pour répondre aux aspirations des étudiants, aux besoins de la communauté ainsi qu’aux nouvelles tendances d’un monde en transformation, tout en façonnant une culture de recherche.

Dans les dernières années, on parle beaucoup de développement de ce grand continuum de l'éducation en français. C’est un projet qui nous tient à cœur autant avec les écoles de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM), qui est un de nos partenaires principaux, qu’avec les écoles où on a des programmes d'immersion, souligne la rectrice de l’Université de Saint-Boniface, Sophie Bouffard.

L’établissement veut aussi étendre son rayonnement et son influence partout dans le monde de l’éducation, au sein de sa communauté et bien au-delà. Il souhaite déployer les stratégies essentielles à son succès et à son avancement organisationnel.

La rectrice note ainsi que l’université accueille de plus en plus d’étudiants issus d’autres pays.

On voit l'impact et le rayonnement de notre établissement par nos diplômés. On l'a vu lors de notre collation des grades où il y avait une rencontre virtuelle et on a eu des parents qui étaient dans différents pays africains qui se sont joints à la rencontre, fait valoir Sophie Bouffard.

Enfin, l’USB veut cultiver un environnement accueillant, sain et propice à l’épanouissement et la réconciliation, tout en célébrant la pluralité de la francophonie.

Le président du Bureau des gouverneurs, Alphonse Lawson-Héllu, précise dans le communiqué que ce plan a été élaboré avec minutie, sérieux et passion, et ce, malgré le contexte exigeant de la pandémie.

Des consultations depuis 2019

Sophie Bouffard reconnaît qu’il s’agit d’un plan ambitieux et que l’engagement de tous sera nécessaire pour sa mise en œuvre.

Qu’il s’agisse des unités d’enseignement, de recherche, de services d’appui à la réussite ou d’unités administratives à l’interne, ou encore de nos partenaires éducatifs et communautaires, nous avons besoin des forces vives de toute notre collectivité dans la réalisation de ce plan, dit-elle.

Sophie Bouffard assise sur une table près d’un tableau accroché au mur.

« Ce plan stratégique est l’expression de ce que nous voulons devenir, [...] comment nous envisageons être une référence dans le milieu de l’enseignement postsecondaire minoritaire », dit la rectrice Sophie Bouffard.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Le plan est le fruit de consultations qui ont commencé en automne 2019.

On a procédé à différentes étapes dans toute l'analyse du travail qui a été fait avec le plan précédent. Ensuite, il y a eu plusieurs consultations avec le corps professoral, le personnel et avec les étudiants et les étudiantes, les diplômés et les membres de la communauté, indique la rectrice.

On voulait entendre ce que toutes les parties prenantes avaient à nous dire sur leurs ambitions pour notre établissement.

Engagement politique

L’engagement de l’USB sur d’importants enjeux sociaux devient central dans la prise de décisions de l’établissement, note Mme Bouffard.

Dans les deux dernières années, on entendait souvent : est-ce que l'université va se positionner au niveau des questions environnementales? Est-ce que l'université va se positionner, va s'engager dans la réconciliation?, dit-elle.

Il y a différentes thématiques comme ça, des enjeux de société qui sont importants et qui se sont ajoutés à notre planification. Alors ça devient central dans toutes nos décisions et dans comment on envisage l'avenir, poursuit la rectrice.

L’USB développera des initiatives précises en ce qui concerne la réconciliation, affirme-t-elle.

Par exemple, d'être sur le territoire du Traité numéro 1, qu'est-ce que ça veut dire pour nous comme établissement et comme individus? Il y a toute une réflexion institutionnelle pour ceux et celles qui cheminent au sein de notre établissement, affirme Sophie Bouffard.

Avec les informations d'Abdoulaye Cissoko

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !