•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise des opioïdes : nouveau record de morts par surdose en C.-B.

La province pleure maintenant plus de 7600 morts liées aux drogues illicites depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire en 2016.

Des ambulanciers donnent de l'oxygène à une victime de surdose.

Les ambulanciers tentent de sauver une victime de surdose au centre-ville de Vancouver, le mercredi 23 juin 2021.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Avec 160 morts par surdose en mai, les drogues illicites ont fait 851 victimes en Colombie-Britannique depuis le début de l’année. Un record dans cette province durement touchée par la crise des opioïdes. À la même date l'an dernier, le total de victimes était de 569 soit 282 de moins.

Alors que la pandémie commence à s'affaiblir, nous devons combattre cette autre crise de santé publique avec le même sentiment d'urgence, implore la coroner en chef de la Colombie-Britannique, Lisa Lapointe.

Des drogues plus puissantes

Le fentanyl, une substance synthétique jusqu’à 40 fois plus puissante que l'héroïne a été détectée dans 85 % des décès survenus en 2021. Moins cher à produire que les autres drogues, il peut se retrouver dans d'autres substances illicites à l'insu du consommateur.

Les résultats toxicologiques post-mortem révèlent que les concentrations extrêmes de fentanyl augmentent après avril 2020, alors que des mesures restrictives liées à la pandémie ont favorisé l’émergence de laboratoires clandestins.

Pour un 15e mois consécutif, les morts par surdose dépassent la centaine.

Impossible de mesurer l’effet catastrophique que la perte de ces vies a eu sur chaque communauté de notre province, s’attriste la coroner en chef de la province, Lisa Lapointe. Je pleure tous ceux qui ont perdu un proche à cause de cette crise.

La coroner en chef réclame depuis longtemps des mesures urgentes pour endiguer une crise qui s'enlise. Nous devons nous assurer que des alternatives sécuritaires aux drogues illicites toxiques soient disponibles dans toute la province, plaide-t-elle.

À l'instar de la Ville de Vancouver, notamment, Lisa Lapointe appuie la décriminalisation de possession simple de drogues, une mesure qui permettrait, entre autres, de déstigmatiser les consommateurs et de briser leur isolement, selon les experts.

Un ambulancier pousse une civière.

Plus de 21 000 Canadiens sont morts d'une surdose entre 2016 et 2020.

Photo : CBC/Ben Nelms

Une crise qui touche l’ensemble de la province

Le taux global de décès dus aux drogues illicites en Colombie-Britannique s'élève maintenant à 39 pour 100 000 habitants, soit le double de ce qu’il était il y a à peine 2 ans.

Les effets dévastateurs des opioïdes n’épargnent aucune région.

Si les régies de santé de Vancouver Coastal et de la vallée du Fraser dénombrent le plus fort nombre de décès, avec 524 morts, c’est dans le nord de la province que le taux par habitant est le plus élevé, avec 48 morts par 100 000 habitants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !