•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Foyers pour aînés : Rod Phillips présente des excuses pour les erreurs de l’Ontario

La province permet aux résidents des foyers de soins de longue durée de recevoir un plus grand nombre de visiteurs à partir du 7 juillet.

Rod Phillips sur une estrade.

Rod Phillips a salué le travail de sa prédécesseure à la tête du ministère des Soins de longue durée, Merrilee Fullerton.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le nouveau ministre des Soins de longue durée de la province a présenté mardi ses excuses pour les politiques du gouvernement lors de la pandémie qui ont mené au décès de près de 4000 résidents des foyers de soins de longue durée (SLD) des suites de la COVID-19.

S'adressant aux journalistes lors de sa première conférence de presse dans ce rôle, l’ancien ministre des Finances a déclaré que son propre gouvernement avait failli aux résidents, à leurs familles et aux membres du personnel.

Les gouvernements successifs, y compris celui-ci, ont failli aux résidents et ont failli aux familles. Et ils ont laissé tomber notre personnel et au nom des gouvernements précédents et du gouvernement actuel, je m'en excuse. Je pense que c'est une étape nécessaire pour que nous puissions prendre les mesures que nous devons adopter maintenant pour aller de l'avant.

Une position différente de celle de l'ancienne ministre

Cette déclaration représente un contraste frappant avec la position prise par la prédécesseure de M. Phillips, Merrilee Fullerton, qui a à plusieurs reprises pointé du doigt les gouvernements précédant celui de Doug Ford.

Nous n'avons pas allumé le feu, avait notamment dit Mme Fullerton lors d'une conférence de presse en avril.

Le 30 avril, un rapport cinglant de la Commission ontarienne d'enquête sur la COVID-19 dans les foyers de soins de longue durée avait établi que les établissements étaient mal préparés pour affronter une pandémie et n’avait pas retenu les leçons de la crise du SRAS en 2003. Aucun plan n’était prévu pour protéger les résidents contre la propagation d’un virus.

La ministre Merrilee Fullerton entre dans une salle réservée aux députés conservateurs à Queen's Park.

Merrilee Fullerton était ministre des Soins de longue durée, un secteur où la première vague de COVID-19 a fait des ravages.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Nous tous au gouvernement, tous ceux qui ont lu le rapport sur les SLD, voyons que ce secteur a été négligé pendant des décennies, que des investissements n'ont pas été faits et que la responsabilité incombe donc à tous ceux d'entre nous qui ont été au gouvernement et, comme je dis, les gouvernements passés, mais aussi les gouvernements présents, a continué Rod Phillips.

Le ministre, qui a réintégré le gouvernement après un remaniement ministériel plus tôt en juin, a également fait allusion à une nouvelle législation sur les soins de longue durée qui pourrait accroître la responsabilité des prestataires de soins de longue durée, notamment sur le respect de leurs obligations envers les résidents.

Enfin, M. Phillips a déclaré que l'installation de la climatisation dans les chambres de soins de longue durée était une priorité pour lui. Bien que tous les établissements en soient équipés, seulement environ 60 % des chambres sont climatisées, selon lui.

Le gouvernement travaille actuellement à installer la climatisation dans 23 % des chambres supplémentaires.

Assouplissement des restrictions en faveur des résidents et de leurs proches

Les résidents des établissements de soins de longue durée ontariens vont bénéficier à partir du 7 juillet de nouveaux assouplissements des mesures sanitaires. Parmi ceux-ci, la possibilité d’établir un contact physique étroit avec leurs visiteurs et les autres résidents, pourvu que toutes les personnes concernées soient entièrement immunisées.

L'intérieur d'un centre de soins de longue durée.

Les résidents vont pouvoir s'offrir des soins personnels à partir de la semaine prochaine.

Photo : Radio-Canada

À partir de cette date, ils pourront recevoir jusqu’à 10 personnes en visite à l’extérieur, contre 5 actuellement, tandis que 2 aidants naturels et 2 visiteurs généraux désignés pourront les accompagner en intérieur, soit deux fois plus qu’auparavant.

Par ailleurs, les résidents pourront accéder à des services de soins personnels et se regrouper en cohorte pour profiter d’activités à l’extérieur.

Presque tous les résidents des foyers pour aînés et 84 % des travailleurs de ces établissements ont achevé leur cycle vaccinal contre la COVID-19, selon la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !