•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

La vie en caravane

Aménagement intérieur d'une roulotte en 1977.

Les profils des caravaniers changent à travers les années, tout comme l'aménagement de leur véhicule.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Avez-vous déjà pensé troquer votre maison pour une fourgonnette, un VR ou une roulotte? Tirés de nos archives, voici quelques profils de Québécois qui ont adopté le nomadisme automobile.

Des caravanes, des grosses et des plus petites, soigneusement placées en rang d'oignons sur les terrains d'un petit aéroport municipal.

Une citation de :Le journaliste Jacques Bissonnet

Le 29 juin 2002, le journaliste Jacques Bissonnet assiste à la réunion annuelle de la Fédération internationale de camping et de caravaning qui se tient à Saint-Jean-sur-Richelieu, en Montérégie.

Près de 2000 autocaravanes sont rassemblées sur le site pour cette grande fête à laquelle participent une quinzaine de pays.

Téléjournal, 29 juin 2002

Le caravanage connaît un essor fulgurant dans le monde et au Canada en particulier, explique le journaliste dans son reportage pour le Téléjournal. Et pour plusieurs, il devient un mode de vie alternatif.

On peut faire comme les oiseaux migrateurs : passer l'hiver au sud et puis revenir l’été ici au pays, affirme un adepte. C’est douze mois par année.

Traverser de l'est à l'ouest, c'est fantastique!

Une citation de :Un caravanier

Les snowbirds

Enjeux, 15 octobre 1997

À l’émission Enjeux du 15 octobre 1997, le journaliste Pierre Dupont et le réalisateur Robert Verge étudient le phénomène un peu plus en profondeur.

De plus en plus de retraités se débarrassent de leur propriété et deviennent des nomades automobiles, observent-ils. En dix ans, les ventes canadiennes de véhicules permettant aux gens d'y habiter ont triplé.

En 1997, au Canada, on compte désormais 10 000 ménages qui prennent d’assaut les routes du continent pour une bonne partie de l’année.

La maison de banlieue, c'est terminé! Les Lanthier se préparent à réaliser leur nouveau rêve : vivre sur la route.

Une citation de :Le journaliste Pierre Dupont

Le journaliste Pierre Dupont recueille le témoignage d’un couple de retraités qui vient de vendre sa propriété de longue date à Laval pour résider tout au long de l’année dans son motorisé bien équipé.

Quand la pancarte s'est posée, j'ai pleuré une journée de temps, confie Hélène Lanthier sur ce grand tournant.

Pour les Lanthier, la maison représentait néanmoins un fardeau logistique au cours des mois d’hiver qu’ils passaient déjà à l’extérieur du pays.

Ce changement de vie peut étonner les proches, raconte Maurice Brisebois, un autre banlieusard devenu routier.

À travers son itinéraire en VR, le grand-père peut tout de même prévoir quelques visites à ses petits-enfants et même inviter la famille à venir le rejoindre en Floride pour les vacances.

C'est vrai qu'on n'a pas un logis qui est fixe. L'avantage, c'est qu'on a toujours le même logis partout où on va se promener.

Une citation de :André Lanthier

Le journaliste rencontre aussi un couple d’ornithologues amateurs qui ont choisi de suivre les oiseaux pour mieux les observer.

Durant l’hiver, à partir de son ordinateur portable, France Dion a pu avancer dans sa collection de livres pour enfants. Du Texas à l’Alaska, André Dion s’est pour sa part affairé à documenter les oiseaux en voie de disparition.

Ça coûte moins cher, vivre dans ça à plein temps, à voyager et à avoir du plaisir qu’avoir un condo, soutient le nouveau caravanier. Entre 16 000 $ et 17 000 $ pour une année, confirme sa partenaire.

Les retraités qui choisissent ce mode de vie échangent bien souvent une maison déjà payée pour un véhicule tout meublé, explique le journaliste Pierre Dupont. Et nombreux se réjouissent d’avoir réduit leurs dépenses annuelles de moitié.

Encore faut-il avoir les moyens d’investir dans une autocaravane.

Dans le parc automobile du commerçant Marcel Dumont, on trouve des modèles à 75 000 $, 130 000 $, 290 000 $ ou 400 000 $ pour un VR des plus luxueux avec baignoire à remous, lit vibrateur et « vitres thermos » qui permettent d'y vivre à longueur d'année.

SRC Bonjour, 17 septembre 1992

400 000 $, c’est aussi le prix payé pour une autocaravane par ce couple interviewé par le journaliste Bruno Richard à l’émission SRC Bonjour du 17 septembre 1992.

Johane et Réjean y ont ajouté 200 000 $ pour l’aménagement intérieur et plusieurs gadgets « qui ont tous leur utilité ».

Avec les années, on est devenus un petit peu moins travaillants et on a essayé de goûter au plaisir un petit peu plus, explique le caravanier.

Avec cette maison motorisée de luxe, son mode de vie ne pourrait s’apparenter à de la simplicité volontaire.

Les vanlifers

Téléjournal, 24 août 2018

Depuis quelques années, un autre type de mouvement de caravanage prend de l’ampleur, prônant davantage l’ingénuité et l’aventure.

Au Téléjournal du 24 août 2018, Julien Roussin Côté présente la vanlife à la journaliste Anne-Andrée Daneau.

Depuis quatre ans, le trentenaire voyage à travers l’Amérique dans une fourgonnette aménagée tout en menant son entreprise de production vidéo.

De plus en plus nombreux au Québec, les vanlifers se retrouvent dans des communautés en ligne pour échanger sur la vie nomade, les endroits à découvrir et les transformations à faire à leur véhicule.

Sprinters, adeptes de Westfalia de différentes décennies, il existe même des sous-cultures dans ce mouvement, explique Julien Roussin Côté.

Il faut faire des compromis, c'est sûr. Il faut sortir un peu de la routine, expose-t-il en faisant visiter sa fourgonnette équipée d’un petit poêle au propane et d’une douchette.

Lui a choisi ce mode de vie pour les rencontres et la découverte. On arrive comme individu, mais on repart en famille, soutient le vanlifer en 2018.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.