•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« La frontière canado-américaine doit rouvrir », clament des entreprises touristiques

Des visiteurs se déplacent en canot sur un lac au parc Algonquin.

Des propriétaires d'entreprises touristiques du Nord de l'Ontario réclament l'ouverture de la frontière canado-américaine.

Photo : La Presse canadienne / Tourisme Ontario

Des entrepreneurs du secteur touristique du Nord de l’Ontario demandent au gouvernement fédéral de rouvrir la frontière canado-américaine aux Américains entièrement vaccinés.

Sans cette mesure, les grandes pertes de revenus pour une deuxième année de suite pourraient être fatales pour plusieurs de leurs commerces, estiment-ils.

En 2018, Ryan Runge est devenu propriétaire de camps de chasse et de pêche dans la région de Sioux Lookout. Il y prenait goût, dit-il, mais la pandémie est venue perturber ses plans.

En 2020, alors que son entreprise enregistrait plus de 850 réservations, il n’y a qu’une cinquantaine de personnes qui ont réellement pu s’y rendre, étant donné la fermeture de la frontière canado-américaine aux voyages non essentiels, en vigueur au moins jusqu'au 21 juillet.

Justin Trudeau a indiqué attendre que les taux de vaccination atteignent au moins 75 % pour la première dose et 20 % pour la seconde avant d'alléger les restrictions à la frontière.

Notre région est très unique, 95 % ou plus de notre clientèle est américaine. Encourager les Canadiens à passer leurs vacances chez eux est une bonne idée, mais ce n’est pas suffisant dans notre région pour garder nos entreprises à flot, explique-t-il.

Également président de l’Association des propriétaires de camps du district de Kenora, Ryan Runge mentionne que plusieurs Américains s'informent fréquemment du moment où la frontière sera rouverte.

Les propriétaires de camps ne sont pas en mesure de leur fournir de réponse.

Nous avons besoin d’un plan pour ouvrir la frontière pour que nos entreprises survivent. [...] Notre secteur fait sa part depuis longtemps [...] et des prolongations [de la fermeture de la frontière] rendent la situation plus compliquée qu’elle ne devrait l’être.

Une citation de :Ryan Runge, président de l’Association des camps du district de Kenora

Les Américains vaccinés devraient être autorisés à traverser la frontière dès le 22 juillet, et un plan complet de réouverture de la frontière doit être présenté bien avant, ajoute-t-il.

Un homme regarde au loin sur un belvédère.

Un touriste regarde le paysage du haut du belvédère de Nipigon, dans le Nord-Ouest ontarien, une attraction prisée par des touristes américains.

Photo : Suzanne Kukko

Carol Anniuk, copropriétaire du Young’s Wilderness Camp à Sioux Lookout, abonde dans le même sens.

Étant donné l’incertitude entourant la réouverture de la frontière, son conjoint et elle sont en train d’annuler certaines des réservations qu’avaient faites des clients américains pour cet été.

Quelqu’un doit nous dire ce qui se passe, scande-t-elle, précisant qu’elle comprend les enjeux sanitaires associés à la COVID-19.

Nous avons fait tout ce que le gouvernement nous a demandé de faire, nous sommes restés à la maison, nous n’avons pas voyagé, je n’ai pas vu ma belle-mère pendant toute une année [...] et maintenant, on attend, mais l’attente est fatigante.

Dois-je embaucher du personnel ou pas? Vais-je même pouvoir avoir du personnel? Que dois-je dire à mes clients? Toute cette incertitude et le manque d’un plan à long terme me fait sentir comme si je mourais lentement.

Une citation de :Carol Anniuk, copropriétaire du Young’s Wilderness Camp

Je ne demande pas au gouvernement d’ouvrir entièrement la frontière, mais plutôt de permettre aux personnes entièrement vaccinées de venir au Canada pour faire de la pêche. Qu’est-ce qui rend un Canadien entièrement vacciné si différent d’un étranger entièrement vacciné?, demande-t-elle.

La demande est similaire dans la région de Rivière des Français.

Susan Crane, propriétaire de la pourvoirie Crane’s Lochaven Wilderness Lodge, rappelle par ailleurs que les établissements touristiques de la région ont subi les contrecoups des feux de forêt de 2018, des inondations du printemps 2019 et de la pandémie l’an dernier.

C’est un désastre après l’autre et on souhaite simplement avoir une fin de saison forte cette année, note-t-elle.

Selon le directeur général de l’agence de tourisme régional Destination Nord de l’Ontario, David MacLachlan, un million de touristes américains se rendent dans le Nord de l’Ontario chaque année en temps normal.

Cela génère des revenus d’environ 466 M$.

Selon une étude, les entreprises du secteur touristique nord-ontarien qui exploitent les ressources, comme les pourvoiries, ont enregistré des pertes de revenus allant jusqu’à 97 % depuis la fermeture de la frontière canado-américaine.

Les ressources des entreprises sont épuisées et les propriétaires se sont beaucoup endettés, fait savoir M. MacLachlan, qui ajoute que le secteur est toujours capable de rebondir.

Mais pour que cela arrive, la frontière doit rouvrir [...], c’est la clé pour que ce secteur poursuive ses activités.

Une citation de :David MacLachlan, directeur général de Destination Nord de l’Ontario

Destination Nord de l’Ontario, Nature and Outdoor Tourism Ontario demandent d’ailleurs au gouvernement fédéral d’évaluer la mise en place d’un projet pilote permettant aux touristes américains entièrement vaccinés voulant se rendre dans le Nord de l’Ontario de traverser la frontière terrestre.

De meilleurs programmes d’aide financière

Ryan Runge souligne aussi que les défis financiers des entreprises touristiques sont accentués par le fait que plusieurs d’entre elles n’ont pas été admissibles aux programmes d’aide financière du gouvernement.

Elles n'avaient pas accès à la Subvention salariale d’urgence, le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes, le Fonds d’aide et de relance régionale.

[Ces programmes] ne nous ont pas aidé du tout à rester à flot. Nous voulons que ces programmes soient adaptés aux entreprises saisonnières, déclare-t-il.

La directrice générale de Nature and Outdoor Tourism Ontario, Laurie Marcil, demande au gouvernement fédéral de mettre sur pied des programmes d’aide financière permettant notamment de mieux répondre aux besoins des entreprises touristiques les plus touchées par la crise sanitaire.

Une femme en entrevue.

La directrice générale de Nature and Outdoor Tourism Ontario, Laurie Marcil

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Une manière facile de voir les plus touchées, c’est de regarder les données sur la taxe de vente harmonisée; et on peut voir que c’est ce secteur-ci spécifiquement qui a besoin de plus de soutien du gouvernement. Donc, s’ils créent d’autres programmes, nous demandons que ce soit de l’aide non remboursable, avance-t-elle.

Les gouvernements fédéral et provincial n’ont pas immédiatement répondu à nos questions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !