•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un discours à saveur électorale pour Erin O'Toole

Erin O'Toole en conférence de presse.

Le chef conservateur Erin O'Toole s'est adressé aux médias mardi matin.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le chef du Parti conservateur du Canada, Erin O'Toole, s'est présenté devant la presse mardi matin, mais c'est surtout aux Canadiens qu'il souhaitait s'adresser.

Dans une allocution qui avait toutes les allures d'un discours électoral, il a fustigé la réponse de l'administration Trudeau à la pandémie, et il a promis qu'un gouvernement conservateur serait prêt à affronter une future épidémie.

C'était d'ailleurs le but premier de son discours : présenter le plan des conservateurs concernant la réponse du Canada aux futures crises sanitaires. Les premières minutes du discours ont toutefois été consacrées à dresser la liste des torts imputables, selon M. O'Toole, à la mauvaise gestion du gouvernement libéral de la pandémie.

Au cours de la première, de la deuxième et de la troisième vague, le gouvernement Trudeau n'a pas appris, ne s'est pas amélioré et ne s'est pas adapté, a martelé le leader conservateur.

Notre but est simple : nous assurer que le Canada soit prêt à prendre des actions rapides pour qu'on puisse protéger la santé des Canadiens tout en évitant des conséquences à long terme sur l'économie et sur la santé mentale des Canadiens, a affirmé Erin O'Toole à propos de son plan, tout en restant assez vague sur les détails.

Quand la COVID-19 a frappé, Justin Trudeau et le gouvernement libéral n'étaient pas prêts. Ils ont été pris au dépourvu et ont pris de mauvaises décisions qui ont nui à notre réponse sanitaire.

Une citation de :Erin O'Toole, chef du Parti conservateur du Canada.

Ce plan se ferait en partenariat avec les compagnies pharmaceutiques, a-t-il précisé, afin de faciliter la production de remèdes à l'intérieur des frontières. Il dit également vouloir travailler de plus près avec les États-Unis pour renforcer la chaîne de distribution nord-américaine et être moins dépendant des importations européennes.

Erin O'Toole a promis qu'un gouvernement conservateur mettrait en place une enquête publique sur tous les aspects de la gestion de la pandémie, comme il l'avait déjà fait par le passé. Il a également ajouté que les détails de cette enquête seraient rendus publics.

Questionné par les journalistes sur sa position concernant les célébrations de la fête du Canada, Erin O'Toole a répété que, selon lui, il est tout à fait possible de concilier la fierté nationale et le travail vers la réconciliation avec les peuples autochtones.

Le chef conservateur a évité une question qui cherchait à savoir s'il trouvait légitime que certaines villes canadiennes décident de mettre en veille leurs célébrations, affirmant plutôt que, selon lui, il ne fallait pas annuler ni démolir notre pays.

Je veux parler de notre pays [lors de la fête du Canada], je veux parler de comment on a besoin de faire mieux, et de comment le Canada est le meilleur pays du monde, a-t-il dit.

En entrevue au micro de Midi Info, le leader de l'opposition aux Communes Gérard Deltell a abondé dans le même sens que son chef. Le député de Louis-Saint-Laurent a affirmé que les événements comme la fête du Canada ou les anniversaires sont des occasions de se poser des questions sur ce qui s'est passé avant, où on est aujourd'hui et où on veut aller demain.

Personne sur Terre n'appartient à un pays qui est sans tache et sans tragédie, a-t-il ajouté. Il n'hésite pas à qualifier l'histoire des pensionnats pour Autochtones de tragédie innommable et révoltante, et affirme que le Canada va en porter la cicatrice.

Bien qu'il dise respecter ceux qui choisiront de se recueillir le 1er juillet, Gérard Deltell ne voit pas l'utilité de suspendre les célébrations de la fête du Canada pour autant. On ne vient pas de découvrir cette tragédie cette année, avance-t-il. On le sait que ça a duré 100 ans, sous plusieurs administrations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !