•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture de l’urgence à Gatineau : Anglade demande à Legault d'intervenir

La femme s'adresse aux journalistes, devant des micros.

La cheffe du Parti libéral du Québec et cheffe de l’opposition officielle lors d'un point de presse devant l'Hôpital de Gatineau, le mardi 29 juin 2021

Photo : Radio-Canada / Emilien Juteau

La cheffe du Parti libéral du Québec et cheffe de l’opposition officielle est venue en Outaouais, mardi, pour critiquer la gestion du dossier de la santé par le gouvernement de François Legault.

Dominique Anglade en a profité pour répéter que les actuels déboires en santé dans la région ne peuvent être attribués aux gouvernements précédents.

Il faut vraiment qu'on voie un leadership de la part du gouvernement qui soit assumé ici, a soutenu Mme Anglade, lors d’un point de presse organisé devant l’Hôpital de Gatineau.

La cheffe de l’opposition a dit s’être entretenue avec les représentants des employés afin de discuter des solutions qu'ils envisagent pour régler les problèmes du manque de personnel.

Ce que j'aimerais voir aujourd'hui, c'est que le premier ministre Legault vienne intervenir pour apporter des solutions.

Une citation de :Dominique Anglade, cheffe de l'opposition officielle

On propose une bonification de très court terme, poursuit-elle, on propose d'avoir accès à du prêt de personnel d'autres régions, que ce soit coordonné, mais on ne peut pas accepter la situation aujourd'hui, c’est inadmissible.

Les trois personnes s'adressent aux médias devant l'entrée de l'hôpital.

La cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade, accompagnée des députés André Fortin et Maryse Gaudreau, lors d'un point de presse devant l'Hôpital de Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Emilien Juteau

Lorsqu'on lui demande quelle est sa réaction aux affirmations faites par des députés de la Coalition avenir Québec (CAQ) qui soutiennent que les problèmes en santé datent du gouvernement libéral, elle est catégorique.

De mémoire, je n'ai pas vu d'urgence fermée, ici, en Outaouais, comme on le vit aujourd’hui. On n'a pas vécu cette situation dans les dernières années, soutient-elle. La directrice de l'Hôpital dit : "On voit qu'il y a des problèmes, mais il n’y a pas de plan, pas de plan de recrutement", et ça, c'est un exemple concret de choses qui devraient être mises en place.

Le premier ministre Legault riposte

Mardi, l'attaché de presse de François Legault, Ewan Sauves, a fait parvenir cette déclaration de la part du bureau du premier ministre.

Voir le Parti libéral s’intéresser enfin à l’Outaouais et aux dommages causés par leur inaction est un bon premier pas. La situation actuelle est regrettable, effectivement, et nous travaillons activement pour régulariser la situation qui, nous le comprenons, est difficile pour les citoyens. Elle résulte majoritairement de la mauvaise gestion libérale au cours des dernières années.

Quel est le bilan du Parti libéral? Des fermetures et un manque criant de personnel. On tente de réparer les erreurs du gouvernement libéral dont Dominique Anglade a fait partie, mais ça va prendre encore un peu de temps.

Une citation de :Déclaration du bureau du premier ministre

De notre côté, on évalue toutes les options pour rouvrir, dans les meilleurs délais, l’urgence de l’hôpital de Gatineau. M. Legault s’est attaqué personnellement aux enjeux de main-d’œuvre dans le réseau. Pensons simplement à l’embauche et à la formation de 10 000 préposés aux bénéficiaires et aux ententes avec les syndicats qui viennent enfin valoriser leur profession, peut-on lire dans la déclaration écrite.

L'Outaouais en attente de solutions

Les acteurs du milieu de la santé en Outaouais espèrent des directives claires de la part du gouvernement alors que l’urgence de l’Hôpital de Gatineau demeure fermée pour une cinquième journée de suite, par manque de personnel.

Un chapiteau a été installé devant l'entrée de l'hôpital.

L’urgence de l’Hôpital de Gatineau est fermée temporairement depuis vendredi soir. Sa réouverture devait avoir lieu lundi, mais a été repoussée au mercredi 30 juin, à 16 h.

Photo : Radio-Canada / Emilien Juteau

Lundi, Mathieu Lévesque, député de la CAQ représentant la circonscription de Chapleau, a soutenu qu’une annonce quant à des primes pour les infirmières viendra très bientôt.

Il en a aussi profité pour rejeter une part du blâme sur les partis politiques précédemment au pouvoir. L’Outaouais a été sous-financé pendant tellement longtemps par les anciens gouvernements, a-t-il déclaré.

Le député libéral de Pontiac, André Fortin, a rétorqué, lundi, que jamais l’urgence de l’Hôpital de Gatineau n’a fermé sous aucun autre gouvernement, que ce soit un gouvernement libéral ou péquiste.

Mardi, le cabinet du ministre de la Santé Christian Dubé a indiqué travailler pour trouver des solutions à la fermeture de l'urgence.

Il y a une urgence, dit le maire Pedneaud-Jobin

Le maire de la Ville de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, n'a pas manqué de réagir à la situation en mêlée de presse, mardi.

Un homme accorde une entrevue par visioconférence.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin (archives)

Photo : Radio-Canada

C'est plus que préoccupant, c'est inacceptable pour la quatrième ville au Québec [...] ça prend des solutions à court terme, mais aussi à moyen et long terme. J'ai l'impression qu'on entend les mêmes mots depuis des décennies, et c'est là que le gouvernement du Québec doit aux gens de Gatineau des explications. [...] Je comprends que le [nouvel] hôpital est une partie de la solution, mais il va falloir du monde qui travaille dedans. Donc, il y a plus qu'un problème [...] on a aussi un problème de ressources humaines.

Je suis assez troublé d'entendre les témoignages de certaines infirmières. [...] Comme citoyens de l'Outaouais, il faut qu'on continue à se battre pour que le rattrapage se fasse. [...] Il manque de ressources dans le système [...] il y a quelque chose qui ne marche pas.

Une citation de :Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Le maire a aussi tenu à adresser un message aux libéraux de Mme Anglade.

Si je suis tout à fait d'accord avec Mme Anglade et le Parti libéral que ça prend des solutions à court terme, je pense qu'ils doivent aussi se garder une petite gêne parce que la négligence dont on a fait l'objet pendant des décennies, ça vient d'eux en très grande partie. [...] Je comprends qu'ils viennent jouer leur rôle d'opposition, mais j'espère qu'ils vont faire un peu de remise en question et regarder ce qu'ils auraient dû faire dans les 30 dernières années.

Rien de nouveau pour les intervenants

En entrevue à Radio-Canada, Denis Marcheterre, d’Action santé Outaouais, dit s’inquiéter de la situation, qui n’est pourtant pas une nouveauté dans la région, selon lui.

C'est préoccupant, d'autant plus que ça pourrait se répéter cet été, ça pourrait se répéter dans les urgences à Hull ou Gatineau, dans d'autres départements, des hôpitaux et d'autres endroits du CISSS de l'Outaouais, et ça, la PDG l'a confirmé lors d'un point de presse hier.

Denis Marcheterre en entrevue dans son bureau.

Denis Marcheterre, d’Action santé Outaouais, croit que les employés auraient dû être consultés pour élaborer des solutions et éviter la crise.

Photo : Radio-Canada

Il y a longtemps qu'on a des problèmes de pénurie de personnel, poursuit M. Marcheterre. Il y a longtemps que les syndicats avisent la gestion [...]. On comprend que les infirmières ont besoin de vacances, surtout après trois vagues de COVID-19, et puis c'est on ne peut plus mérité. Mais il me semble qu'on aurait pu prévoir le coup.

Selon lui, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais aurait pu consulter les infirmières avant la crise pour trouver des solutions.

De son côté, la présidente par intérim du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (SPSO), Karine D'Auteuil, a répété que la situation était prévisible et que le CISSS de l'Outaouais a tardé à agir par rapport aux problèmes de pénurie de personnel.

On a eu une rencontre à 14 h [lundi] pour nous annoncer que la fermeture de l'urgence était prolongée de 48 heures. On n’a eu aucune réponse concrète à nos questions, à savoir c'est quoi leur plan pour la réouverture de l'urgence ou leur plan pour contrer la pénurie.

Dans une déclaration envoyée à ICI Ottawa-Gatineau, le CISSS de l'Outaouais a confirmé avoir eu une rencontre, lundi, avec les employés des urgences et également une autre, mardi matin.

Nous maintiendrons le lien de communication avec les employés des urgences durant cette période, a assuré le CISSS de l'Outaouais.

Avec des informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !