•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rentrée universitaire : beaucoup d'embûches pour les étudiants internationaux de l'UdeS

Derrière de logo de l'université des étudiants suivent un cours en plein air.

L'Université de Sherbrooke attend plus de 1300 étudiants internationaux à l'automne 2021.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

Alors que la rentrée approche déjà à grands pas, des étudiants internationaux de l'Université de Sherbrooke font face à d’importants retards dans le traitement de leur demande pour venir s’installer au Canada.

Tous les cours de l’Université de Sherbrooke vont se donner en présence l’année prochaine. Selon le vice-recteur aux ressources humaines et aux relations internationales de l’Université de Sherbrooke, Jean Goulet, les difficultés et les délais à obtenir les papiers nécessaires risquent de freiner certains étudiants. Selon lui, plus de 1300 étudiants sont attendus pour la rentrée, mais de 700 à 1100 pourraient réellement mettre le pied au Canada.

Jean Goulet, a rappelé sur les ondes de Par ici l’info que la bureaucratie à laquelle sont confrontés les futurs étudiants est énorme, et que les retards s'accumulent.

[Le gouvernement fédéral] a à peu près 100 000 dossiers de retard présentement, mais il met les bouchées doubles, a-t-il déclaré.

Il soulève toutefois que le gouvernement fédéral n’est pas le seul à retarder l’arrivée des internationaux.

Au Québec, en particulier, c’est plus compliqué que dans le reste du Canada [...] Il y a plein d’embûches bureaucratiques supplémentaires qui se passent au Québec.

Une citation de :Jean Goulet, vice-recteur aux ressources humaines et aux relations internationales à l'Université de Sherbrooke

Pas de vaccination obligatoire en résidence

Les règles sanitaires représentent un autre obstacle auquel sont confrontés les étudiants internationaux. Ceux-ci doivent composer avec les règles de leur pays pour la sortie du territoire. De plus, ils devront être soumis à une quarantaine obligatoire, s’ils n’ont pas reçu leurs deux doses de vaccin.

Jean Goulet soutient toutefois que la vaccination ne sera pas obligatoire pour être admis en résidence universitaire.

Toutes les études montrent que quand on oblige la vaccination, le monde se met à se méfier, et on se fait moins vacciner. Il faut donc l’encourager, la permettre, l’organiser [...] Ceux qui vont arriver, qui n’ont pas leur deuxième dose, vont pouvoir l’avoir ici.

Par ailleurs, le personnel de l’Université doit aussi abandonner le télétravail avant la rentrée, afin de favoriser une présence sur le campus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !