•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le variant Delta déferle sur la Russie : records de décès à Moscou et Saint-Pétersbourg

Un homme en combinaison creuse une tombe dans un cimetière.

Le variant Delta fait des ravages en Russie où la campagne de vaccination bat de l'aile en raison de la méfiance que cultivent les Russes face au vaccin Spoutnik V.

Photo : Reuters / ANTON VAGANOV

Agence France-Presse

La Russie, aux prises avec une nouvelle vague épidémique de COVID-19 due au variant Delta, a annoncé lundi de nouveaux records quotidiens de décès dans ses deux plus grandes villes, Moscou et Saint-Pétersbourg.

Saint-Pétersbourg (nord-est) est sous pression en tant qu'hôte de matchs de l'Euro-2020 de soccer. Les organisateurs assurent cependant que le quart de finale y aura bien lieu vendredi, pour opposer le vainqueur de France-Suisse à celui de Croatie-Espagne.

Selon les données officielles, Moscou a enregistré 124 morts et Saint-Pétersbourg 110 ces dernières 24 heures, dépassant les records que les deux villes avaient déjà battus au cours du week-end.

La Russie, un des pays les plus durement touchés au monde par la pandémie, est frappée depuis quelques semaines par le variant Delta, plus contagieux, qui inquiète le monde entier.

Sur l'ensemble du pays, 21 650 nouvelles personnes ont été contaminées, selon les chiffres publiés lundi, et 611 personnes sont décédées.

Selon le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, près de 2000 personnes sont hospitalisées chaque jour à cause du COVID-19 dans la capitale et près de 75 % des lits disponibles sont occupés.

La semaine dernière, nous avons battu les records d'hospitalisations, de personnes en réanimation et du nombre de morts, a-t-il relevé, cité par l'agence Ria Novosti.

Vaccination obligatoire et laissez-passer sanitaires

Pour tenter d'endiguer l'épidémie, Moscou a réimposé le télétravail pour au moins 30 % des employés non vaccinés, la vaccination obligatoire des salariés des services ou encore la création d'un laissez-passer sanitaire pour aller au restaurant, entré en vigueur lundi.

Lundi midi, Olga Dombak déjeunait seule dans un établissement italien du centre-ville. Vaccinée il y a un mois, elle a raconté qu'obtenir son laissez-passer avait été très facile.

Être seule dans la salle du restaurant, d'un côté, c'est agréable. Mais c'est aussi un peu triste, a dit cette ingénieure de 31 ans.

Un confinement général, comme au printemps 2020, n'est pas envisagé dans la ville de plus de 12 millions d'habitants afin de préserver l'économie.

À Saint-Pétersbourg, malgré la dégradation sanitaire, le quart de finale aura lieu comme prévu, a cependant indiqué à l'AFP le service de presse du Comité d'organisation de l'Euro dans la ville.

Un porte-parole de l'Union des associations européennes de football (UEFA) a estimé que la situation ne change absolument rien pour les équipes, et qu'il n'était pas prévu de changer le lieu du match.

L'équipe de France prévoit a priori de s'envoler pour la Russie mercredi en cas de qualification lundi soir, a-t-on appris auprès de l'encadrement des champions du monde, qui dit rester vigilant sur la désinfection des espaces que les Bleus seront amenés à fréquenter.

Une infirmière se penche par-dessus la balustrade de l'escalier de la clinique mobile.

Une infirmière attend que les résidents se présentent à la clinique mobile dans le village de Pyatnitsa.

Photo : Radio-Canada / Kiril Zarubin

Les autorités russes affirment depuis le début de l'Euro que toutes les mesures sanitaires ont été prises. Pourtant, les autorités finlandaises ont exprimé leur inquiétude jeudi dernier après la détection de près d'une centaine de cas chez des supporters de retour de Saint-Pétersbourg.

Les mesures de distanciation et le port du masque sont très aléatoires dans la ville, comme ailleurs dans le pays, alors que la vaccination y patine.

Dans ce contexte, des images montrant des milliers de personnes dans la rue pour un traditionnel rassemblement marquant la fin de l'année scolaire sont devenues virales sur les réseaux sociaux.

Face au variant Delta, plus d'une dizaine de régions russes ont introduit, comme Moscou, la vaccination obligatoire de certaines catégories de la population.

Car la campagne d'immunisation est à la traîne depuis décembre, sur fond de méfiance généralisée de la population à l'égard des vaccins russes et malgré les appels répétés du président Vladimir Poutine.

La demande de vaccins a augmenté ces derniers jours, a cependant noté le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, sans donner davantage de détails.

Seulement 21,8 millions de personnes sur 146 millions d'habitants ont reçu au moins une dose, selon les chiffres de lundi du site Gogov, qui agrège les données des régions et des médias faute de statistiques nationales officielles.

La Russie est, avec 133 893 morts recensés par le gouvernement, le pays européen le plus endeuillé.

L'agence des statistiques Rosstat, qui a une définition plus large des décès liés à la COVID-19, avait comptabilisé elle quelque 270 000 morts à la fin avril 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !