•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Six restaurants offrent des contenants réutilisables à Banff cet été

Trois personnes devant une table, la personne du centre tient un contenant réutilisable.

Luna Kawano, au centre, et une équipe de bénévoles compileront les résultats du projet-pilote et les présenteront à l'automne aux conseillers municipaux de Banff.

Photo : Radio-Canada / Helen Pike

Radio-Canada

Opter pour un contenant réutilisable lors d’une commande à emporter est possible cet été en l’échange d’une consigne de cinq dollars dans six restaurants de Banff.

L’objectif du groupe citoyen est de réduire l’utilisation de plastique à usage unique dans la municipalité des Rocheuses.

Il s’agit d’une option que beaucoup de résidents attendaient, croit la fondatrice du projet-pilote Banff Isn’t Disposable, Luna Kawano. Je pense que les habitants sont très enthousiastes à ce sujet. C'est assez pratique et ils savent où se trouvent tous les restaurants, dit-elle.

Après de sept à 15 utilisations, un contenant en plastique réutilisable a une empreinte écologique inférieure en comparaison de si des contenants jetables avaient été utilisés à chaque fois, est-il écrit sur le site du programme.

Six restaurants participent pour l’instant au projet, dont le bistro Nourish à Banff. D’après son propriétaire, ses clients demandaient une option plus écologique pour les commandes à emporter depuis un certain temps. [Banff] est une destination touristique pour les personnes soucieuses de l'environnement, alors évidemment que beaucoup de gens sont intéressés., commente Alex Boston.

Environ 20 % des personnes dont nous parlons du programme décident de l'utiliser, ce qui est assez bon, estime-t-il.

Cinq cents contenants sont déjà en circulation dans le cadre du projet, qui présentera ses résultats au conseil municipal à l’automne. Il est financé en partie par la ville et par une bourse universitaire à l’intention de Luna Kawano, qui a commencé le projet dans le cadre de ses études à l’Université de Waterloo.

Avec les informations de Sarah Rieger et Helen Pike

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !