•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un accord interdit la pêche commerciale en haute mer dans l’Arctique

Un bateau navigue des eaux glacées.

Le brise-glace Amundsen de la Garde côtière canadienne dans les eaux de l'Arctique, en septembre 2015.

Photo : Getty Images / Clément Sabourin/AFP

Philippe Moulier

Un accord international interdit désormais la pêche commerciale en haute mer dans l’Arctique afin de protéger les écosystèmes fragiles de cet océan menacé par le réchauffement climatique qui fait fondre les glaces à un « rythme alarmant ».

Il s’agit du premier accord international de cette ampleur à être conclu avant qu’une pêche commerciale n’ait lieu dans une région de haute mer , affirme Pêches et Océans Canada dans un communiqué.

L'accord signé en 2018 et qui entre en vigueur a été signé par le Canada et notamment la Norvège, l'Islande, la Russie, les États-Unis, la Chine, le Japon, la République de Corée, et l’Union européenne.

Selon le communiqué, l’accord  (Nouvelle fenêtre)juridiquement contraignant interdit toute pêche commerciale dans l’océan Arctique central avant qu’ait lieu une meilleure compréhension des écosystèmes de la région.

Il faut aussi des mesures en place pour réglementer la pêche commerciale.

Les connaissances traditionnelles des peuples autochtones doivent aussi être prises en compte avant d’autoriser toute remontée de poissons à l'échelle commerciale.

Un espace immense

L'entente sera en vigueur pendant 16 ans et renouvelée tous les cinq ans. Elle concerne les eaux à au moins 200 kilomètres des côtes de tout État côtier, soit 2,8 millions de kilomètres carrés d'océan, ce qui est environ la superficie de la mer Méditerranée.

Ces eaux de l’Arctique étaient anciennement gelées toute l'année, mais le réchauffement climatique continue de modifier la mer et environ 40 % de ce secteur était accessible aux navires en 2018. Si aucune pêche commerciale ne s'y déroule actuellement, elle attise la convoitise des pêcheurs commerciaux, car de plus en plus de poissons sont poussés vers le nord par les changements climatiques.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !