•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En Haïti, des pharmaciens craignent des contrefaçons du vaccin anti-COVID

« Haïti ne dispose pas d'un laboratoire de contrôle de qualité pouvant vérifier si un vaccin est faux ou pas », selon l'association des pharmaciens d'Haïti.

Un homme vêtu d'une tunique et dont le visage est couvert d'un masque transporte une grosse bonbonne d'oxygène à l'extérieur.

Un membre du personnel soignant transporte une bonbonne d'oxygène, à Port-au-Prince.

Photo : Associated Press / Joseph Odelyn

Agence France-Presse

L'association des pharmaciens d'Haïti a mis en garde samedi contre les risques d'introduction de vaccins contrefaits, après que l'État eut autorisé jeudi l'importation par le secteur privé de vaccins contre la COVID-19, alors qu'il n'a pas encore lancé de campagne publique pour vacciner la population.

Il y a un risque élevé d'introduction en Haïti de faux vaccins contre la COVID-19 en raison de possibles multiplications de points de vente non contrôlés, s'inquiète l'organisation professionnelle.

Haïti ne dispose pas d'un laboratoire de contrôle de qualité pouvant vérifier si un vaccin est faux ou pas, rappelle l'association.

Les importateurs haïtiens de produits pharmaceutiques et les médecins qui le souhaitent doivent indiquer au ministère de la Santé les quantités, numéros de lots et pays de provenance des doses. Le gouvernement n'a imposé aucune restriction quant au type de vaccins.

La campagne de vaccination se fait attendre

Haïti est l'une des rares nations n'ayant pas encore commencé sa campagne de vaccination. Le ministère de la Santé a fait savoir qu'il devrait recevoir 130 000 doses du vaccin AstraZeneca entre début et mi-juillet, grâce au programme COVAX chapeauté par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Dans ce pays très inégalitaire, la majorité des habitants n'a pas accès aux soins de santé de base. Seule la minorité aisée des Haïtiens pourra accéder à cette vaccination réalisée par le secteur privé.

Certains d'entre eux ont déjà choisi de se rendre en Floride pour se faire vacciner.

Jugeant la décision du gouvernement irresponsable et inéquitable, l'association des pharmaciens déplore le fait que le coût des vaccins sera exorbitant et [que] la majorité de la population n'y aura pas accès.

Résurgence du nombre de cas

Relativement épargnée par la pandémie jusqu'ici, Haïti connaît une augmentation du nombre des cas de COVID-19 depuis le mois de mai, après la détection sur son territoire des variants Alpha et Gamma (respectivement identifiés pour la première fois au Royaume-Uni en décembre 2020 et au Brésil en janvier 2021).

Depuis mars 2020, près de 18 000 personnes ont été officiellement déclarées positives au coronavirus.

Sur les 400 décès officiellement attribués à la COVID-19, soit uniquement ceux recensés en milieu hospitalier, depuis le début de la pandémie, plus d'un quart ont été enregistrés au cours du dernier mois.

Depuis début juin, la violence des gangs dans la capitale Port-au-Prince amplifie les risques de propagation du virus, en forçant des centaines de familles à fuir leur domicile pour s'entasser dans des refuges précaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !