•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une cérémonie de guérison fera partie d’une célébration de la fête du Canada à l’Î.-P.-É.

Elaine Barnes à l'extérieur.

Selon la conseillère de Cornwall Elaine Barnes, il y a longtemps qu’il aurait fallu reconnaître le traumatisme que vivent les autochtones pendant la fête du Canada.

Photo : Radio-Canada / Steve Bruce (CBC)

Radio-Canada

La ville de Cornwall organisera une cérémonie de guérison pour la fête du Canada. D’autres municipalités de l’Île-du-Prince-Édouard sont en train de déterminer à quoi ressembleront les festivités du 1er juillet cette année.

Après la découverte de 751 sépultures anonymes sur le terrain d’un ancien pensionnat autochtone en Saskatchewan, plusieurs villes et villages du pays ont décidé de ne pas tenir de célébrations.

Cornwall n’a pas annulé ses festivités, mais la ville a décidé d’inclure une cérémonie de guérison, propre aux Premières Nations. La ville a approché la Mi'kmaq Confederacy of P.E.I. pour qu’une personne de la communauté autochtone organise la cérémonie.

Selon la conseillère Elaine Barnes, il y a longtemps qu’il aurait fallu reconnaître le traumatisme que vivent les autochtones pendant la fête du Canada.

Nous devons en faire plus. Nous devons tendre la main aux autres pour savoir de quelle manière nous pouvons être plus inclusifs. Et ce n’est que la première étape, soutient-elle, en ajoutant que les Premières Nations font du Canada ce qu’il est.

Selon Mme Barnes, la cérémonie de guérison permettra de reconnaître le tort qui a été fait aux Autochtones.

Les Premières Nations avaient raison

Le chef de la Première Nation Abegweit, Junior Gould, soutient que la fête du Canada est une excellente occasion de célébrer les réussites du pays, mais il assure que l’on devrait aussi se rappeler des côtés les plus sombres.

Junior Gould devant un bâtiment.

Junior Gould, le chef de la Première Nation Abegweit

Photo : Radio-Canada / Shane Hennessey (CBC)

Il veut que les Canadiens réfléchissent à la découverte des 751 sépultures anonymes en Saskatchewan.

Le Canadien moyen peut prendre une seconde et se dire : "Les Premières Nations avaient raison. C’est l’histoire qu’ils racontaient depuis longtemps." Reconnaissons ça et donnons-leur le pouvoir de dire la vérité, explique M. Gould.

Ailleurs à l’Île-du-Prince-Édouard

La ville de Charlottetown ne compte pas modifier ses célébrations. Selon Gabe McCabe, membre du conseil municipal, la ville a rencontré plusieurs groupes, notamment la Black Cultural Society, PridePei, L’Nuey et Carrefour de l'Isle-Saint-Jean afin de diversifier ses célébrations.

Le conseil municipal de Three Rivers doit discuter des activités liées au 1er juillet à sa rencontre du 28 juin.

Selon Rob Philpott de la ville de Summerside, la municipalité consulte actuellement les Premières Nations.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !