•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une association aide les étudiants étrangers à prendre rendez-vous pour se faire vacciner

Étudiants dans les couloirs de l'Université du Cap-Breton.

Les difficultés sont nombreuses pour les étudiants étrangers qui veulent prendre rendez-vous pour recevoir leur vaccin en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Radio-Canada

L’association étudiante de l’Université du Cap-Breton organise des rendez-vous pour recevoir le vaccin contre la COVID-19 pour les étudiants étrangers.

Plusieurs ne peuvent pas prendre de rendez-vous en ligne, parce qu’il faut avoir une carte d’assurance-maladie. La province exige qu’une personne demeure en Nouvelle-Écosse depuis au moins 13 mois pour pouvoir avoir une carte.

Les étudiants étrangers peuvent appeler pour organiser un rendez-vous, mais c’est plus complexe qu’il n’y paraît, selon la présidente de l’association étudiante Madlyn O’Brien.

Elle explique que ces étudiants ont souvent un plan de téléphone cellulaire qui inclut peu de minutes. Mme O’Brien assure que la plupart n’ont que 60 minutes à leur disposition par mois et qu’il faut attendre parfois 80 minutes pour prendre un rendez-vous. En plus, certains ne peuvent pas bien s’exprimer en anglais, selon la présidente.

Plusieurs étudiants étrangers sont aussi très occupés. Ils suivent des cours et ont un emploi.

L’association à la rescousse

L’association étudiante a donc décidé de mettre sur pied un service pour les aider à prendre rendez-vous.

Les étudiants n’ont qu’à donner leur nom, leur adresse, leur numéro et leur adresse courriel et, à tour de rôle, quatre membres de la direction prennent rendez-vous au téléphone pour eux.

Ils reçoivent ensuite un courriel de confirmation et peuvent modifier la date et l’heure du rendez-vous.

L’étendue du problème n’est pas connue, mais Mme O’Brien assure que c’est l’université qui l’a d'abord signalée à l’association.

Étudiants étrangers et carte d’assurance-maladie

Grâce à ses efforts de recrutement, l’université a attiré bon nombre d’étudiants étrangers, à un point tel qu’ils ont contribué à l’augmentation de la population du Cap-Breton en 2019, une première augmentation de la population de l’île en 20 ans.

Mme O’Brien dit que l’association étudiante a fait pression sur le gouvernement provincial pour réduire le temps d'attente des étudiants étrangers pour obtenir une carte d’assurance-maladie.

Madlyn O'Brien dans un studio de photo.

Madlyn O'Brien est la présidente de l'association étudiante de l'Université du Cap-Breton.

Photo : Gracieuseté de Madlyn O'Brien

Elle assure que davantage d’étudiants étrangers pourraient vouloir venir à l’Université du Cap-Breton et qu’ils auraient ainsi un meilleur accès aux soins de santé.

Pour l’instant, la présidente déplore une situation qu’elle qualifie d’injuste.

Ce n’est tout simplement pas juste qu’ils n’aient pas accès aux mêmes soins de santé que nous, affirme Mme O’Brien.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !