•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les mesures sanitaires divisent la population à Val-David

Une rue de Val-David.

Les opinions des résidents de Val-David sont très polarisées, une situation qu'on constate dans bien d'autres municipalités.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La pandémie de COVID-19 et les restrictions instaurées par les gouvernements pour la combattre ont suscité de multiples débats et désaccords. C’est le cas à Val-David, dans les Laurentides, où les mesures sanitaires ont engendré des divisions au sein des familles et entre amis ou collègues.

La population est divisée en deux camps.

Cette division-là, profonde, ça polarise la communauté et ce n'est pas juste les réseaux sociaux. Oui, les réseaux sociaux, c'est extrêmement présent, mais même maintenant, on se promène dans le village et on peut clairement dire : "Celui-là, il est dans ce camp de pensée là". Ça crée des frictions, on le sent, déplore la mairesse de la ville, Kathy Poulin.

Depuis l’arrivée du printemps, des manifestations ont lieu quasiment chaque semaine contre le port du masque des enfants à l’école ou contre les mesures sanitaires en général. Il y a même des résidents d’ailleurs qui viennent soutenir le mouvement.

Mme Poulin s’inquiète du non-respect des mesures lors de ces manifestations.

« Ça m'inquiète, parce qu'on n'a pas les ressources pour gérer ce genre de [choses]. On se fait un peu prendre en otages, pour une petite municipalité de 5000 habitants. »

— Une citation de  Kathy Poulin, mairesse de Val-David

Ils monopolisent la place publique et ils le font sans les balises en place. C'est ça qui est inquiétant. Les gens ont le droit de manifester. Quand les mesures ne sont pas respectées, c'est là que c'est inquiétant, dit la mairesse.

Kathy Poulin.

La mairesse de Val-David, Kathy Poulin

Photo : Radio-Canada

Impact sur les commerces

Angèle Brazeau, propriétaire du Général café, situé au cœur de la ville, a décidé de fermer la salle à manger, tellement la situation devenait difficile à gérer.

Il y avait trop de récalcitrants au port du masque, mon staff était devenu plus police que notre mandat de servir de la bouffe et du café. Pour le staff, c'était trop de stress et de gestion, explique-t-elle.

C'est triste, j'ai l'impression que tout ça a vraiment divisé davantage. […] Avec les antimasques, antivaccins, complotistes et ceux qui suivent les règles, il y a comme pas de terrain neutre. Il pourrait y en avoir un, croit-elle.

Les manifestations à Val-David ont eu une incidence directe sur le commerce de Karina Marquis, propriétaire de la boutique Rouge Pin. Son magasin se situe en face du parc où les rassemblements ont lieu.

Ça a coupé beaucoup de ma clientèle, dû à la présence policière. Mon chiffre d'affaires a été divisé en deux, beaucoup moins d'affluence. Les gens restaient pas ici autour, juste samedi. Ça a un impact considérable pour les commerçants que de faire des manifestations dans une période qui est très cruciale pour nous.

Cependant, pour de nombreux citoyens, remettre en question les mesures sanitaires est tout à fait légitime.

Je trouve ça dommage que les gens qui se posent des questions sont casés dans la case de complotistes, estime Shakti Larose. Je trouve ça beau qu'on ait la possibilité d'exprimer notre opinion. Dans la situation actuelle, c'est comme si on n’a pas le droit de rien dire. Je trouve qu'il n'y a pas beaucoup de place au questionnement.

Val-David, un village divisé

Favoriser le dialogue

Devant cette situation, Stéphan Jakubyszyn a décidé de créer une page Facebook pour encourager les gens à dialoguer.

J'ai voulu laisser une tribune à tous les gens qui ont voulu dire quelque chose. Il faut que l'information soit relayée de tout le monde pour en débattre et en parler, soutient-il. J'ai vu dans des commentaires que les gens veulent protéger leur petit coin de pays. Ça commence comme ça, l'extrême droite. Mais contre qui, finalement?

La mairesse de Val-David s’inquiète de la capacité de sa communauté de s’unir face aux défis à venir.

Il va y avoir de plus en plus d'enjeux auxquels il va falloir avoir une réponse collective, affirme Mme Poulin. Et la dernière année démontre que beaucoup de gens ne sont pas prêts pour travailler ensemble, être solidaires et répondre collectivement. C'est inquiétant.

Cette situation n’est pas propre à Val-David, d'autres élus vivent cette division au sein de nombreuses communautés.

Avec les informations de Marie-Michelle Lauzon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !