•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison touristique fragilisée par le manque de main-d'œuvre

Des touristes sont assis sur une plage de galets. À l'arrière-plan, on voit le rocher Percé et un bâtiment patrimonial sur une colline.

Percé demeure une destination prisée des Québécois, mais plusieurs commerces ont dû réduire leurs heures d'ouverture, faute de personnel (archives).

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Radio-Canada

La saison touristique est officiellement lancée dans l’Est-du-Québec. Toutefois, la pénurie de main-d'œuvre cause bien des maux de tête aux propriétaires d’entreprises touristiques.

Bon nombre de restaurants, d'hôtels, d'auberges et de restaurants ont dû diminuer leurs services pour pallier le manque de personnel chez eux.

La direction du bistro de la Poissonnerie Lauzier, à Kamouraska, a notamment décidé d'offrir ses plats dans des contenants jetables cette année. Dans une publication sur les réseaux sociaux, elle explique sa décision justement par le manque criant de main-d'œuvre.

À Amqui, l'auberge Beauséjour a dû refuser plusieurs clients dimanche en raison d'un manque de personnel dans ses cuisines. L'entreprise s'est ensuite expliquée sur les réseaux sociaux.

Cette situation était malheureusement hors de notre contrôle, puisque comme plusieurs entreprises, nous sommes en manque de personnel et aussi parce que nous sommes de simples humains, peut-on lire dans une publication Facebook de l'entreprise.

Le manque de personnel se rend même jusqu'aux grandes chaînes comme St-Hubert.

À Rimouski, le restaurant compte actuellement 70 employés, mais il en manque une dizaine minimum pour pouvoir répondre à la demande.

On a décidé de fermer une journée par semaine pour être capable de donner des congés à notre monde et d'avoir des horaires qui ont de l'allure.

Une citation de :Daniel Toupin, propriétaire de la Rôtisserie Saint-Hubert à Rimouski.
Daniel Toupin, propriétaire de la Rôtisserie Saint-Hubert à Rimouski.

Daniel Toupin, propriétaire de la Rôtisserie Saint-Hubert à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Le directeur général de Tourisme Côte-Nord, Paul Lavoie, rappelle que les différentes mesures de confinement et de déconfinement ont été dures pour les employés de l'industrie touristique.

L'instabilité amenée par les différentes vagues d'ouvertures et de fermeture a occasionné de nombreux départs de membres du personnel.

Selon M. Lavoie, on a beaucoup parlé des postes de préposés aux bénéficiaires dans le milieu de la santé, qui ont été ouverts. Il y a certainement eu une migration de certains employés du secteur du tourisme vers ce secteur-là.

Paul Lavoie devant les bureaux de Tourisme Côte-Nord

Paul Lavoie, directeur général de Tourisme Côte-Nord

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Le directeur de Tourisme Côte-Nord indique qu’il reste du travail à faire quant à la valorisation des métiers de l'industrie touristique.

Il rappelle que les employés du secteur de la restauration sont souvent des passionnés et que d'éveiller cette passion chez les jeunes permettrait peut-être d'attirer de nouveaux candidats chez les restaurateurs.

D'après les informations de Marie-Jeanne Dubreuil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !